Apuleii Metamorphoseos sive Lusus asini

Couverture
J.-F. Bastien, 1822
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 368 - Encor si j'ignorais la moitié de tes charmes ! Mais je les ai tous vus: j'ai vu toutes les armes Qui te rendent vainqueur. J'ai vu la beauté même et les grâces dormantes: Un doux ressouvenir de cent choses charmantes Me suit dans les déserts. L'image de ces biens rend mes maux cent fois pires; Ma mémoire me dû : « Quoi ! Psyché, tu respires, Après ce que tu perds...
Page 368 - Fallait-il être heureuse avant d'être coupable? Et si de me haïr, Amour, tu fus capable, Pourquoi m'aimer d'abord? Que ne punissais-tu mon crime par avance? Il est bien temps d'ôter à mes yeux ta présence Quand tu luis dans mon cœur ! Encor si j'ignorais la moitié de tes charmes ! Mais je les ai tous vus : j'ai vu toutes les armes Qui te rendent vainqueur.
Page 369 - C'est pourquoi nous dirons en langage rimé Que l'empire flottant en demeura charmé. Cent tritons, la suivant jusqu'au port de Cythère, Par leurs divers emplois s'efforcent de lui plaire. L'un nage à l'entour d'elle, et l'autre au fond des eaux Lui cherche du corail et des trésors nouveaux. L'un lui tient un miroir fait de cristal de roche; Aux rayons du soleil l'autre en défend l'approche.
Page 365 - Les autres dieux à ce dieu font la cour, Et leur pouvoir est moins doux que sa flamme. Des jeunes cœurs c'est le suprême bien : Aimez, aimez; tout le reste n'est rien. Sans cet Amour, tant d'objets...
Page 302 - L'horreur de ces déserts s'accroît par son absence : La Nuit vient sur un char conduit par le Silence; II amène avec lui la crainte en l'univers. La part qu'en eut Psyché ne fut pas des moindres.
Page xii - Elle est plus belle que les deux autres , parce que l'âme est supérieure à la liberté et plus noble que la chair. Vénus, qui est l'amour des plaisirs sensuels, lui porte envie et lui envoie Cupidon, c'est-à-dire la concupiscence, pour la perdre. Mais, parce que la concupiscence peut avoir pour objet le bien et le mal, ce Cupidon ou concupiscence vient à aimer Psyché, qui est l'âme, et s'unit intimement avec elle.
Page 369 - Thétis lui fait ouïr un concert de sirènes. Tous les vents attentifs retiennent leurs haleines. Le seul Zéphyre est libre, et d'un souffle amoureux II caresse Vénus, se joue à ses cheveux; Contre ses vêtements parfois il se courrouce. L'onde, pour la toucher, à longs flots s'entre-pousse ; Et d'une égale ardeur chaque flot à son tour S'en vient baiser les pieds de la mère d'Amour.
Page 367 - Que dirais-je des traits où les Ris sont logés? De ceux que les Amours ont entre eux partagés? Des yeux aux brillantes merveilles, Qui sont les portes du désir? Et surtout des lèvres vermeilles, Qui sont les sources du plaisir?
Page 340 - At vero Psyche tanto aspectu deterrita et impos animi, marcido pallore defecta tremensque desedit in imos poplites et ferrum quaerit abscondere, sed in suo pectore; quod profecto fecisset, nisi ferrum timore tanti flagitii manibus temerariis delapsum evolasset.
Page 98 - ... evasi. Quod beneficium etiam illum vectorem meum credo laetari, sine fatigatione sui me usque ad istam civitatis portam non dorso illius, sed meis auribus pervecto.

Informations bibliographiques