Description des machines et procédés spécifiés dans les brevets d'invention, publ. par C.P. Molard. [With] Table générale des vingt premiers volumes. [Continued as] Description des machines ... pour lesquels des brevets d'invention ont été pris sous le régime de la loi du 5 juillet 1844

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 3 - Description des machines et procédés consignés dans les brevets d'invention , de perfectionnement et d'importation , dont la durée est expirée...
Page 130 - Le gaz qui produit la flamme, bien préparé et purifié, ne peut avoir les inconvénients de l'huile ou du suif ou de la cire employés pour nous éclairer. Cependant l'apparence d'un mal étant quelquefois aussi dangereuse que le mal même, il n'est pas inutile de faire remarquer combien il est facile de ne répandre dans les appartements que la lumière et la chaleur, et de rejeter à l'extérieur tous les autres produits, rr.ême celui résultant de la combustion de ce gaz inflammable.
Page 357 - VIII (28 septembre 1799), il prit un brevet d'invention ayant pour objet « de nouveaux moyens d'employer les combustibles plus utilement, soit pour la chaleur, soit pour la lumière, et d'en recueillir les divers produits.
Page 129 - ... mines, et dont la privation donne lieu, dans les sécheresses, à des chômages d'autant plus nuisibles qu'ils laissent sans travail une classe nombreuse d'ouvriers. En général, tous les établissements qui ont besoin de mouvement, de chaleur ou de lumière doivent retirer quelque avantage de cette méthode d'employer le combustible à ces effets...
Page 38 - ... l'essieu sont deux roues de voiture qui reposent sur les deux pièces de bois qui forment le chemin. Pour empêcher ces roues de sortir de l'étroite surface qu'elles doivent parcourir, on a fixé à l'essieu des barres de fer en forme de fourchettes , portant à leurs extrémités inférieures des petites roues horizontales, glissant le long des faces latérales et intérieures des pièces de bois formant chemin. Pour franchir une montagne sur ces chemins artificiels, avec un corps d'arbre monté...
Page 128 - ... machines à feu ordinaires, ni des applications sans nombre de la force qui se déploie dans ces nouvelles machines. Tout ce qui est susceptible de se faire mécaniquement est l'objet de mon appareil, et la simultanéité de tant d'effets précieux rendant la dépense proportionnellement très petite, le nombre possible d'applications économiques devient infini. Dans les forges on néglige et l'on perd tout le gaz inflammable, qui offre cependant des effets de chaleur et de mouvement si précieux...
Page 85 - Cette harpe porte sur sa face 34 cordes en cuivre, attachées au tasseau inférieur du corps de la harpe, et accordées au moyen de chevilles de fer fixées dans l'entablement. Ces 34 cordes étant accordées 2 à 2, forment une contre-basse de 17 demi-tons, qui produisent une harmonie constante, avec les 43 cordes ordinaires de la harpe.
Page 127 - J'ai supposé l'inflammation du gaz une fois commencée; on sait que par l'étincelle électrique on peut la déterminer, même dans des vaisseaux fermés , On pourrait disposer une machine électrique qui serait mue par celle à gaz de manière à répéter les détonations dans des instants dont l'intermittence pourrait être réglée et déterminée. » Ce passage méritait, au point de vue historique, d'être reproduit.
Page 39 - ... toujours dans la même direction ; alors, pendant qu'on décrochera le fardeau qui sera parvenu à sa destination , on en accrochera un autre à la partie inférieure du câble, contre la poulie; et le manége , en marchant toujours dans le même sens, montera le second fardeau, puis un troisième, et ainsi de suite , sans qu'on soit jamais obligé de s'arrêter que le temps nécessaire pour décrocher et accrocher les fardeaux. Pour soutenir la partie du câble qui descend à vide, tandis que...
Page 136 - Les vergues sont solidement et invariablement fixées au mât, non par leur point de milieu , mais par un point placé de manière que le rapport de la longueur de la partie de la vergue qui déborde à babord , à la longueur de la partie de la vergue qui déborde à tribord, est celui de deux à trois. Ces vergues sont garnies dans toute leur longueur , sur leurs surfaces antérieures et postérieures , de cordages verticaux , que j'appelle supports, tous frappés de la vergue supérieure à la...

Informations bibliographiques