Petite bibliotheque des théatres: Chef-d'œuvres de la Fosse. Coriolan

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1788
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 17 - Quel est l'homme, disois-je, en faisant l'agréable, Qui garde pour sa femme un amour véritable? C'est aux petites gens à nourrir de tels feux. Ah ! si l'hymen jamais m'enchaîne de ses nœuds, Loin que l'on me reproche une pareille flamme, Que je voudrai de bien aux...
Page viii - C'est un homme amoureux du plaisir. Ennemi du travail, toujours plein de loisir; Méprisant ses égaux , et depuis son enfance , Nourri dans le repos, dans la magnificence, Cherchant les courtisans et les gens du bel air ; Imitant leur exemple , et les traitant de pair.
Page 26 - Madame, disiez- vous, vivez d'autre manière : « Vous êtes trop farouche et trop particulière. « Recevez autrement tous les gens que je voi , « Et n'effarouchez point ceux qui viennent chez moi. « Rendez à mes amis ma maison agréable, ., Ou le séjour pour moi n'en est plus supportable. Eu me parlant ainsi vous me les ameniez, Jusqu'à mon cabinet vous les introduisiez. « Messieurs, ajoutiez-vous , divertissez madame : « Je sors; excusez-moi. Je vous laisse ma femme...
Page 79 - ... je me rends , enfin , et , quoi qu'on puisse dire , { voyant rire Célie. ) Je défends désormais... Qu'avez-vous donc à rire? En vérité, ce ris est rare et singulier... Cependant, nous vivrons d'un air plus régulier. Je renonce à Paris , et vais à la campagne. Choisissez seulement la Rrie , ou la Champagne. J'ai là deux bons châteaux ; c'est à vous de choisir : Vous y vivrez tranquille , et pourrez , à loisir, Perdre le train maudit d'une façon de vivre Qu'à des gens vertueux l'on...
Page 63 - Dans les régies de l'art assiéger une femme? ÉRASTE. Hélas! JUSTINE. Que cet hélas est froid et mal placé ! Franchement je vous hais de ce qui s'est passé. Que vous eût-il coûté , pour alarmer Dorante , D'affecter pour Célie une ardeur plus pressante? Il falloit seulement, pour servir nos desseins, Lui parler à l'oreille et lui prendre les mains , La louer, l'admirer; soupirer, lui sourire , Et marquer les transports que la tendresse inspire.
Page 30 - Lisette, mettez-le au fait de ce déguisement. LISETTE, à Fortuné. On t'a dit que madame vouloit rompre le mariage de sa nièce avec ton maître, et la donner à un jeune homme , riche , aimable , et de condition?
Page 6 - Diantre ! DUBOIS. Aussi laissa-t-il des richesses immenses ; Et son fils les consume en de folles dépenses. Hélas! si le bon-homme eût prévu ce malheur, Sur l'heure il seroit mort de rage et de douleur. .. Mais ainsi va le monde.
Page 67 - Ce ne sont que des mots. L'amour veut un salaire; Et , puisque vous m'aimez , vous en attendez un : Vous êtes en cela du sentiment commun. Mais ne songez-vous pas à quoi ma foi m'engage , Et combien votre espoir me déplaît et m'outrage? ÉRASTE. Madame... CÉLIE, l'interrompant. J'avouerai que l'exemple est pour vous , Et qu'on a peu d'égards pour les droits des époux. Cependant, par malheur, je' ne suis point la mode , Et crois devoir garder toute une autre méthode.
Page 57 - Quelle délicatesse! L'on ne tient point à cela Ne m'en dites pas davantage ; je crains ce plus ; ce plus m'alarme.'. . Qu'il est séduisant vis-à-vis de vous! Commerce d'esprit, conversations savantes, amitié, tant qu'il vous plaira; rien au-delà. Les peines de l'amour étouffent ses plaisirs.
Page 31 - Chez toi nous courons à grands pas. Notre ami, l'on ne peut, en quelque part qu'on aille, Trouver pour le commerce un homme qui te vaille ! Clitandre te dira qu'hier en vingt endroits On loua ta maison d'une commune voix; Ce n'est qu'ici qu'on goûte un plaisir véritable. CLITANDRE, à Dorante.

Informations bibliographiques