Agrippa d'Aubigné

Couverture
Fayard, 1 avr. 2014 - 574 pages
Protestant intransigeant, Agrippa d'Aubigné (1552-1630) s'est engagé avec passion dans les guerres de religion. Il est mêlé à tous les aspects de la vie de son temps: les tumultes de son existence en reflètent les drames.

Sa vie est un roman de cape et d'épée. A la cour du roi Henri III, il côtoie les plus grands personnages: il en partage les plaisirs, il en dénonce les bassesses et les intrigues. Compagnon d'Henri IV à qui le lie une amitié passionnée traversée de brouilles retentissantes, il l'aide à s'évader du Louvre et combat à ses côtés jusqu'à son avènement.

Il aime se battre. Il nous entraîne dans les camps, les batailles, les coups de main, les sièges avec leur cortège d'horreurs et de misères accablant les humbles, qu'il est l'un des rares à plaindre sincèrement. Peu satisfait de l'Edit de Nantes, il continue, dans un âge avancé, de combattre fougueusement ceux de ses coreligionnaires que la prudence incite à la conciliation.

Mais cet homme de guerre est aussi l'un des plus grands écrivains français. Il met au service de sa foi son épée, sa plume, sa parole. D'une culture prodigieuse, ce soldat est le poète baroque de beaux vers d'amour et l'auteur inspiré de la grande épopée des Tragiques. Il compose une Histoire universelle. Pamphlétaire ardent, il multiplie les épigrammes satiriques en latin et en français. Il compose un roman picaresque haut en couleurs et inaugure le genre autobiographique. Déçu par Louis XIII, persécuté par lui, condamné à mort, il s'exile à Genève, où il meurt, pour ainsi dire, la plume à la main.

Madeleine Lazard, professeur émérite à la Sorbonne nouvelle, est présidente honoraire de la Société d'étude du XVIe siècle et présidente de la Société internationale des amis de Montaigne. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages et articles concernant la littérature de la Renaissance, notamment le théâtre, la condition féminine, l'oeuvre de Rabelais et les mémorialistes et a publié la biographie de Montaigne et de Brantôme chez Fayard.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2014)

Agrégée de lettres classiques et docteur d'État ès lettres, Madeleine Lazard a été assistant puis maître-assistant à l'université de Paris-IV, avant de devenir professeur à Paris III. Elle a par ailleurs enseigné à la faculté des Beaux-Arts à Téhéran (de 1949 à 1951) ainsi qu'à l'université de Californie à Los Angeles (en 1961-1962). Elle est présidente honoraire de la Société française d'étude du XVIe siècle, présidente honoraire de la Société internationale des amis de Montaigne. Elle est chevalier des Arts et Lettres, officier des Palmes académiques, et citoyenne d'honneur de la ville de Brantôme. Madeleine Lazard est l'auteur de nombreux ouvrages, dont : Pantagruel, Gargantua (Hachette, 1977 ; nouvelle édition 1994) ; La Comédie humaniste et ses personnages (Puf, 1978) ; Rabelais et la Renaissance (Puf, 1979 ; traduction japonaise de l'ouvrage précédent, Tokyo, 1980) ; Le Théâtre en France au XVIe siècle (Puf, 1980) ; Autour des hymnes de Ronsard (études rassemblées par M.L. ; Champion, 1984) ; Images littéraires de la femme à la Renaissance (Puf, 1985) ; avec L. Zilli, Le Laquais de P. de Larivey (éditions Critique,1987) ; Les Tragiques d'Agrippa d'Aubigné (études rassemblées par M.-M. Fragonard et M.L. ; Champion, 1990) ; Michel de Montaigne (Fayard, 1992 ; prix d'Aumale de l'Institut de France décerné par l'Académie française, et prix du Cercle de l'Union interalliée ; 2e ed., Fayard, 2002) ; Rabelais l'humaniste (Hachette, 1993 ; 2e ed., sous le titre Rabelais, Hachette, 2002) ; avec J.Cubelier de Beynac, édition de Marguerite de France, reine de Navarre et son temps (Centre Matteo Bandello d'Agen, 1994) ; Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme (Fayard, 1995) ; Agrippa d'Aubigné (Fayard, 1998 ; prix Bordin de l'Académie des inscriptions et belles-lettres) ; Les Avenues de Fémynie. Les femmes et la Renaissance (Fayard, 2001 ; prix Marianne ; prix Mgr. Marcel de l'Académie française ; traduction roumaine de l'ouvrage précédent, Bucarest 2007) ; Louise Labé, Lyonnaise (Fayard, 2004) ; avec G.Schrenck, Registre-Journal du règne de Henri III, par Pierre de l'Estoile (éditions Critique, t.1, 1574-1575, 1992 ; t.2, 1576-1578, 1996 ; t.3, 1579-1581, 1997 ; t.4, 1582-1584, 2000 ; t.5, 1585-1587, 2001 ; t.6, 1588-1589, 2003, prix Saintour de l'Académie des inscriptions et belles-lettres). Ses articles portent principalement sur la littérature française du XVIe siècle - le théâtre, l'histoire du spectacle, les femmes et la condition féminine, les moeurs, la médecine et l'éducation, les mémoires et récits de voyage ; voir le volume de « mélanges » offert à Madeleine Lazard : Joyeusement vivre et honnêtement penser (Champion, 2000).

Informations bibliographiques