Histoire de France sous l'empire de Napoléon le Grand: représentée en figures, accompagnées d'un précis historique ...

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 23 - Qu'avez-vous fait de cette France que je vous ai laissée si « brillante? Je vous ai laissé la paix, j'ai retrouvé la guerre; « je vous ai laissé des victoires , j'ai retrouvé des revers; je vous « ai laissé les millions de l'Italie, et j'ai trouvé partout des lois « spoliatrices et de la misère.
Page 40 - ... de se tromper. La France, l'Angleterre, par l'abus de leurs forces, peuvent longtemps encore, pour le malheur de tous les peuples, en retarder l'épuisement; mais, j'ose le dire, le sort de toutes les nations civilisées est attaché à la fin d'une guerre qui embrase le monde entier.
Page 27 - L'un de ces braves grenadiers (Thomé) est frappé d'un coup de stylet dont ses habits sont percés; ils m'enlèvent. Au même moment les cris de hors la loi se font entendre contre le défenseur de la loi. C'était le cri farouche des assassins , contre la force destinée à les réprimer. Ils se pressent autour du...
Page iii - Espagnes , et triomphant près de ces régions ou l'antiquité plaçait les bornes du monde! Et cependant les prodiges ne seront pas épuisés ; il faudra retracer encore les bienfaits d'un Code immortel ; il faudra peindre tous les arts rappelant à Paris, la magnificence de Rome antique ; car il est juste que la ville où réside un si grand homme devienne aussi la ville éternelle. » J'interroge maintenant tous ceux qui m'écoutent ; en est-il un seul qui désavoue le moindre trait de ce tableau...
Page 25 - J'étais tranquille à Paris lorsque je reçus le décret du Conseil des Anciens, qui me parla de ses dangers, de ceux de la République. A l'instant, j'appelai, je retrouvai mes frères d'armes et nous vînmes vous donner notre appui; nous vînmes vous offrir les bras de la nation, parce que vous en étiez la tête. Nos intentions furent pures, désintéressées; et, pour prix du dévouement que nous avons montré hier, aujourd'hui déjà on nous abreuve de calomnies!
Page iii - Napoléon ! 1l§• verront dans dix années trente états changeant de forme , des trônes fondés, des trônes détruits, Vienne deux fois conquise , et les successeurs du grand Frédéric perdant la moitié de leur héritage ! Ils croiront d'abord que tant de révolutions et de victoires sont l'ouvrage de plusieurs conquérans ; l'histoire , appuyée sur le témoignage unanime des contemporains , dissipera toutes les méprises ; elle montrera toujours Le même Napoléon , fondant de l'Autriche...
Page 26 - Je ne vous le cache pas, représentans du peuple, en prenant le commandement, je n'ai compté que sur le conseil des anciens. Je n'ai point compté sur le conseil des cinq-cents qui est divisé, sur le conseil des cinq-cents où se trouvent des hommes qui voudraient nous rendre la convention, les comités révolutionnaires et les échafauds ; sur le conseil des cinq-cents où...
Page 26 - ... où se trouvent des hommes qui voudraient nous rendre la convention, les comités révolutionnaires et les échafauds ; sur le conseil des cinq-cents où les chefs de ce parti viennent de prendre séance en ce moment ; sur le conseil des cinq-cents, d'où viennent de partir des émissaires chargés d'aller organiser un mouvement à Paris.
Page 23 - A entendre quelques factieux, bientôt nous serions tous des ennemis de la République , nous qui l'avons affermie par nos travaux et notre courage. Nous ne voulons pas de gens plus patriotes que les braves qui ont été mutilés au service de la République.
Page 45 - Saint-Bernard a offert bien des obstacles qui ont été surmontés avec ce courage héroïque qui distingue les troupes françaises dans toutes les circonstances.

Informations bibliographiques