Grammaire comparée des làngues indo-européennes: comprenant le sanscrit, le zend, l'arménien, le grec, le latin, le lithuanien, l'ancien slave, le gothique et l'allemand, Volume 2

Couverture
Imprimerie Impériale, 1868
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

thèmes en n8
132
Formation du datif et du locatif
138
Nominatifvocatif pluriel
145
SLIT Déclinaison du pronom ja
155
S980 Adjectifs à déclinaison pronominale 159
159
Les suffixes tara et tama
175
Autres exemples de prépositions et dadverbes germaniques pourvus
181
298 Comparatif et superlatif en yas sta
189
Formes correspondant en gothique aux comparatifs et superlatifs sans
195
Le comparatif en lithuanien et en borussien 904
205
La désinence védique à la désinence zende å ou a voet er
208
Le nombre unn 309
213
310 Le nom de nombre e trois Origine de ce nom
219
Origine du nom de nombre equatre 991
227
Renforcement de la voyelle finale dans les thèmes en i et en u
230
Les noms de nombre de e vingt à centr
238
Les adverbes numéraux en sanscrit en grec en latin et en lithuanien
251
Thèmes et déclinaison des pronoms personnels
255
Les pronoms personnels en lithuanien en ancien slave et en arménien
261
Thème pluriel et duel du pronom de la seconde personne
267
Pluriel et duel des pronoms des deux premières personnes en ancien
273
Cause de la double déclinaison des adjectifs en allemand
281
341 Le thème sva et ses dérivés en sanscrit en zend en grec en latin
288
Le thème ta et ses dérivés
294
Absence du signe casuel au nominatif sa en sanscrit Fait identique
299
Dérivés du thème pronominal ta Changement du t initial en d
306
Le thème dérivé sya en vieux hautallemand
312
Déclinaison du thèine sya en lithuanien et en ancien slave
318
S 36o Le thème i en sanscrit
325
Le thème a et ses dérivés
333
Le thème composé ava
355
Dérivés du thème ava
357
Dérivés du thème ava La conjonction gothique auk en allemand moderne auch
358
Origine du thème ava Le thème simple va et ses dérivés
360
382 Le thème relatif ya en sanscrit en grec et en arménien
361
Le thème ya en zend en lithuanien en slave et en gothique
363
Particules dérivées du thème ya en gothique en lithuanien et en latin
365
Particules affirmatives dérivées du thème ya en gothique
366
Le thème ka en grec et en latin
367
Le thème ka dans les langues germaniques et slaves
368
Le thème interrogatif ku et ses dérivés en sanscrit en zend et en latin
369
Le thème interrogatif ki
372
Dérivés du thème ki Ki changé en și
373
Adverbes de temps renfermant le thème interrogatif
374
Dérivés du thème ki en zend et en latin
376
le pronom hic Changement du sens interrogatif en sens démonstratif
377
Dérivés du thème interrogatif en gothique Lenclitique uh
378
Dérivés du thème ki dans les langues germaniques
380
Le thème ki en arménien
381
Le thème interrogatif ka en arménien
383
Enclitiques dérivées du thème interrogatif Les enclitiques cit da cana
384
Dérivés du thème interrogatif ki en vieux norrois Changement du sens positif en sens négatif
385
Le thème interrogatif ki devenu ti en grec Les particules te et xai
386
De laccenluation du pronom tis en grec
387
Formation des pronoms possessifs du pluriel en litbuanien et en
393
Les pronoms corrélatifs añuos nuos les adverbes Téws Éws
399
Identité du suffixe gothique leiks et du grec λικος
405
Les adverbes de temps en da Formes correspondantes en grec
413
ACCUSATIF
421
lithuanien et en arménien Exemples dun ancien s devenu
429

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page i - T» le représentant du latin pecu, s'il n'avait d'abord exposé la loi qui a rendu non-seulement possible, mais nécessaire, la substitution, en gothique, de deux aspirées aux ténues primitives2? La phonétique nous permet de rapprocher ce qui en apparence est dissemblable, de même qu'elle nous oblige quelquefois à séparer ce qui, à première vue, paraît identique. Guidée par elle, l'étymologie n'est plus obligée de se confier à des analogies trompeuses de son ou de signification : elle...
Page xv - La combinaison de ces deux sortes de racines a donné, dans les langues indo-européennes, les noms et les verbes, dont le caractère commun est de désigner une personne ou un objet en même temps qu'ils expriment une action ou une qualité.
Page xx - Dans la conjugaison, l'addition des désinences a pour effet de rattacher à l'une des trois personnes du discours l'idée exprimée par la partie antérieure du mot. Une analyse pénétrante a montré que les désinences du verbe ne sont pas autre chose que les racines pronominales ma, tva, ta, employées seules au singulier, diversement combinées entre elles au duel et au pluriel, et deux fois exprimées dans la voix réfléchie. Ainsi...
Page xx - ... l'œuvre des siècles : instrument d'une pensée qui devenait plus riche et plus nette, le langage a dû, par une sage répartition de ses ressources, égaler ses moyens d'expression aux besoins toujours plus exigeants de l'esprit. Les suffixes à signification si variée des langues indo-européennes sont le produit d'un petit nombre de racines indicatives diversement combinées entre elles, et où l'homme a insinué des idées qui leur étaient primitivement étrangères.
Page xiii - ... n'avaient eu d'abord leur signification propre et leur existence individuelle1. Nous sommes ramenés de la sorte vers un âge antérieur à la flexion, où les groupes phoniques dont sont composés nos mots ne s'étaient pas encore agglutinés, et où les idées qu'ils expriment ne s'étaient pas encore subordonnées les unes aux autres. Mais, sans remonter vers une période aussi lointaine, on voit que certains idiomes ont encore gardé en partie la conscience des éléments qu'ils mettent en...
Page xix - Enfin, aux formes ainsi obtenues, le langage, par de nouvelles combinaisons, adjoint encore d'autres suffixes, appelés suffixes secondaires, qui étendent presque à l'infini le nombre des déterminations dont une racine est susceptible2. On demandera sans doute comment des syllabes qui, à l'origine, avaient simplement une valeur indicative, ont pu arriver à exprimer l'action, l'agent ou l'instrument. Mais ici, comme dans toutes les autres parties de l'histoire de nos idiomes, se révèle la présence...
Page xx - Il ne faut pas reporter jusqu'aux premiers jours de la parole humaine des nuances qui sont l'œuvre des siècles : instrument d'une pensée qui devenait plus riche et plus nette, le langage a dû, par une sage répartition de ses ressources, égaler ses moyens d'expression aux besoins toujours plus exigeants de l'esprit.
Page xiv - INTRODUCTION. riens de l'Inde, quand ils dressèrent la liste des racines sanscrites, furent sans doute guidés autant par l'usage instinctif de leur idiome que par des règles analytiques. On peut donc dire que la racine, après avoir eu sa période d'existence libre et indépendante, garde encore au sein des mots où elle est enfermée une sorte de vie latente et de personnalité virtuelle.
Page xi - SSII nous reste à mentionner une dernière critique, qui n'est au fond que la conséquence des précédentes. En ce qui concerne les règles phoniques, nos philologues ne tracent pas toujours une ligne de démarcation assez nette entre les différents idiomes, et ils s'autorisent trop facilement de ce qui est licite dans l'un pour admettre la même faculté dans un autre. On est surpris, par exemple, de voir M.
Page xi - ... démarcation assez nette entre les différents idiomes, et ils s'autorisent trop facilement de ce qui est licite dans l'un pour admettre la même faculté dans un autre. On est surpris, par exemple, de voir M. Bopp citer l'arménien en témoignage pour un changement de lettre qu'aurait opéré le latin...

Informations bibliographiques