La libre recherche: revue universelle, Volume 4

Couverture
La libre recherche, 1856
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 187 - Je ne puis; — malgré moi l'infini me tourmente. Je n'y saurais songer sans crainte et sans espoir ; Et, quoi qu'on en ait dit, ma raison s'épouvante De ne pas le comprendre, et pourtant de le voir.
Page 194 - L'univers vous dément, et votre propre cœur Cent fois de votre esprit a réfuté l'erreur. Eléments, animaux, humains, tout est en guerre. Il le faut avouer, le mal est sur la terre : Son principe secret ne nous est point connu. De l'auteur de tout bien le mal est-il venu?
Page 119 - A l'exception de quelques prologues courts et véritablement inimitables de ses fables, le style en est vulgaire, inharmonieux, disloqué, plein de constructions obscures, baroques, embarrassées, dont le sens se dégage avec effort et par circonlocutions prosaïques. Ce ne sont pas des vers, ce n'est pas de la prose , ce sont des limbes de la pensée.
Page 65 - Dieu est donc véritablement en lui-même tout ce qu'il ya de réel et de positif dans les esprits, tout ce qu'il ya de réel et de positif dans les corps, tout ce qu'il ya de réel et de positif dans les essences de toutes les autres créatures possibles, dont je n'ai point d'idée distincte. Il...
Page 65 - Il s'ensuit de là que l'être infini ne pouvant être resserré dans aucune espèce, Dieu n'est pas plus esprit que corps, ni corps qu'esprit : à parler proprement, il n'est ni l'un ni l'autre ; car qui dit ces deux sortes de...
Page 64 - ... comme il renferme dans lui-même les perfections de la matière sans être matériel, puisqu'il est certain que la matière a rapport à quelque perfection qui est en * Dieu ; il comprend aussi les perfections des esprits créés sans être esprit de la manière que nous concevons les esprits ; que son nom véritable est CELUI QUI EST, c'est-à-dire l'être sans restriction, tout être, l'être infini et universel.
Page 450 - Il permet le renouvellement de l'eau, l'évacuant » à mesure. Et pourquoi renouveler l'eau? Parce qu'elle donne » la vie ou la mort : la vie, lorsqu'elle ne fait que traverser » la couche de terre, car d'abord elle lui abandonne les prin...
Page 118 - ... malgré ses négligences, ses immoralités, ses imperfections et ses pauvretés d'invention. Celui-là est un imitateur ou plutôt un traducteur sans scrupule de tout ce qui lui tomba sous la plume. Il n'ya pas, d'après les commentateurs les plus fanatiques de ce plagiaire amnistié à si bon marché, une seule de ses fables ni un seul de ses contes qui lui appartienne. Les fables sont toutes de Lokman, d'Esope, de Phèdre; les contes sont tous des poëtes licencieux de l'Italie ou de Boccace.
Page 195 - Que nous le prenions , ce monde , dans le temps ou dans l'espace, sous ses deux dimensions c'est un réseau de mal, de destruction, et de carnage , si bien tissé et si plein , que cela ressemble à ce tableau de Salvator, où tout tue et est tué en même temps; où hommes, chevaux, et jusqu'à un oiseau qui passe sur le champ de bataille, tout est frappé, tout meurt, sous un ciel pâle , dans un affreux ravin , tandis que le soleil s'éteint tristement à l'horizon.
Page 70 - ... plus de différence dans le monde entre la vérité et la fausseté , nulle mesure du croyable et de l'incroyable. Et il n'est point concevable qu'une chose vienne de Dieu , ce bienfaisant auteur de notre être , laquelle , étant reçue pour véritable , doit renverser les fondements de nos connaissances et rendre toutes nos facultés inutiles.

Informations bibliographiques