Du religieux dans l'art

Couverture
Harmattan, 2012 - 189 pages
Quel accès peut-on avoir à ce Dieu des Ecritures, à la fois immanent et transcendant à ses créatures ? Comment le rendre "visible" à nos coeurs, à nos yeux ? Deux voies s'offrent à l'homme : l'art et la mystique. Parce que l'art est nécessairement religieux, sa fonction consiste à provoquer en l'homme soit la conversion de semblance, soit la perversion de dissemblance. C'est la présence de l'Esprit, son inhabitation dans l'homme, qui nous donne la ressemblance et nous met en conformité avec le Christ. Le corps et l'âme font l'image ; l'esprit, présence de la grâce incréée, nous fait à la ressemblance. L'homme n'est achevé que lorsqu'il se trouve conforme "à l'image et selon la ressemblance" de Dieu. Dans une optique chrétienne, cet achèvement de l'homme est la fonction de l'art. L'art peut briser en l'homme le lien entre l'image et la ressemblance divine. La dissemblance est une ressemblance coupée de son archétype. Notre époque aura été celle de la dissemblance. L'homme a obstrué en lui la dimension communielle avec Dieu, il a fermé la voie à la grâce qui, par lui, devait s'épancher sur toute la création : en rejetant le religieux, il a failli à sa vocation artistique.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques