Voyaige d'oultremer en Jhʹerusalem

Couverture
A. Aubry, 1858 - 193 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 56 - Quoniam Angelis suis mandavit de te ; * ut custodiant te in omnibus viis tuis. In manibus portabunt te : * ne forte offendas ad lapidem pedem tuum.
Page 141 - Caumont le tiers jour de setembre aprés venent , l'an susdit , où il est le nomme des païs et le nombre des lieues de lieu en autre. Le chemin de monseigneur saint Jacques en Compostelle et de Nostre Dame de Finibus terre , où est l'un chief du monde , qui est sur rive de mer en une haulte roche de montaigne.
Page 147 - Martenhas. . . iij lieues De Maronhas a Nostre Dame de Finibus terre viij lieues lequelle est au port de le mer, et de la en avant...
Page 141 - ENSUIT se ung autre voiatge que je NOPAR SEIGNEUR DE CAUMONT, DE CHASTEAU NEUF, DE CHASTEAU CULLIER et DE BERBEGUIERES , ay fait pour aler à monseigneur saint Jacques en Compostelle , et à Nostre Dame de Finibus terre. Et fu le .viij'.
Page 143 - III lieues. et davant ceste place ha ung grant champ moult lonc et ample ou le prince de Gales ", duc de Guienne filz du bon roy Edoart qui avoit en sa compaignie de moult belle chevallerie et escuierie de Guascons et d'autres d'Angleterre gueagne le bataille et esconffit le roy Enric et mist 1.
Page 141 - Ensuit se ung autre voiatge que je, Nopar, seigneur de Caumont, de Chasteau neuf, de Chasteau Cullier et de Berbeguieres, ay fait pour aler à...
Page vi - Et parce que, selon nature, ils doyvent vivre plus que moy, et que je ne leur pourroie pas enseigner ne endoctriner, car il faudra que je laisse cest monde, comme lez autres, me suis pansé que je leur feisse et laissasse, tantdis que je y suys, ung livre de ensenhemens, pour leur démonstrer comment ilz se devront gouverner, selon se que est à ma semblance.
Page 145 - Dieu par (sic) son ame et quant ilz furent bien pres, se prindrent forment a plourer et l'enfant fut tout vif et leur vayt dire que ne menassent deul car il estoit vif, tout sain, car despuis qu'ilz partirent ung...
Page 145 - Et encontinent ils s'en alerent au jutge disant qu'il luy pleust fere descendre du gibet leur enfant car il estoit vif, et le jutge ne le vouloit james croire pour ce que estoit impossible. Et tout jour plus fort le pere et mere afermer qu'il estoit ainxi. Et le jutge avoit fait aprester son disner ou il avoit en l'aste au feu un cok et une geline que rostí estoient.
Page vi - chans, et en plusieurs de manières, don ils me feirent resjouir, si que. « emprès , je fuy tant en pansant sur le fait de cest monde, que je veoye « moult soutil et incliné à mault fère, et que tout ce estoit néant, à com...

Informations bibliographiques