Notice des collections du Musée de marine exposées dans les galeries du Musée imperial du Louvre

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 148 - Jouflroy se livra à des essais sur une plus grande échelle , en 1778 , à Baume-les-Dames , essais renouvelés en 1781, avec un succès qui fut constaté par l'administration du temps. Patrick Miller, riche propriétaire anglais; James Taylor, précepteur des enfants de ce dernier , et William Symington , ingénieur...
Page 172 - ... les Anglais. Lieutenantgénéral le 25 juillet 1762, il fut nommé lieutenant-général des armées navales à la paix de 1763. Il se distingua pendant la guerre de l'indépendance américaine et se trouvait à la tête des flottes combinées à Cadix, au moment de la signature de la paix, en 1783. Membre de l'assemblée des notables en 1787, le comte d'Estaing embrassa le parti de la Révolution, commanda la garde nationale de Versailles en 1789, et fut nommé amiral en 1792. Malgré ses principes...
Page 174 - Anglais; il avait livré d'heureux combats à plus d'un corsaire de cette nation, lorsque, le 7 octobre 1779, il rencontra, à la hauteur d'Ouessant, Le Québec , frégate anglaise, commandée par le capitaine Farmer, un des meilleurs marins de la Grande- Bretagne.
Page 17 - ... arrivée, retentirent, le 26 juin, à son départ; mais cette fois elles étaient mêlées de regrets. Jusqu'en l'année 1789, vingt cônes furent successivement échoués pour la formation de la digue de Cherbourg, d'après le système quelque peu modifié de l'ingénieur Cessart; mais leu sommet ne tarda pas à être détruit par la violence du flot, et l'on en vint insensiblement au système du capitaine La Bretonnière, de combler à pierres perdues. On reconnut, par la suite, que les matériaux...
Page 169 - Il commanda plusieurs vaisseaux dans la guerre d'Amérique, devint chef d'escadre en 1779, fut chargé en 1790 de commander • l'armée navale de Brest ; mais n'ayant pu rétablir l'ordre dans cette troupe indisciplinée, il se retira du service. Il fut appelé en 1796 à l'Institut et devint, sous l'Empire , comte-sénateur.
Page ix - ... historique offert par une telle collection, on supposait avec raison qu'elle aurait sur l'esprit anti-maritime des Parisiens, une heureuse influence. Tous les ans la discussion du budget était, pour le ministre de la marine, le sujet d'attaques souvent absurdes, toujours passionnées, et c'était à grand'peine que les dépenses les plus nécessaires à la construction et à l'entretien de la flotte étaient votées. Cette guerre permanente paralysait les meilleures intentions et souvent était...
Page 175 - Il lui confia, en 1731 , le commandement d'une escadre destinée à soutenir l'éclat de la nation française dans le Levant et dans toute la Méditerranée. Du GuayTrouin vint terminer sa carrière à Paris en 1756. Ses Mémoires ont été imprimés en 1 740 à Paris , en un volume iii-.'i
Page 80 - Barbotin est une roue dentée en fonte de fer à engrenage et à rainures, fixée à la base de la cloche du cabestan. La largeur des rainures est déterminée dans chaque engrenage par le diamètre du fer des maillons des chaînes, et leur profondeur par la largeur des mêmes maillons, formant ainsi l'empreinte même de la chaîne qui vient s'y engager lorsqu'on vire au cabestan ; la chaîne avance ainsi par un mouvement constant et uniforme.
Page 149 - Fulton, sa lettre du 4 pluviôse an xi (24 janvier 181):)) au citoyen Molard (lettre -qui existe au portefeuille industriel du 'Conservatoire) prouve que, même a cette époque, il n'avait encore fait aucun essai en grand, et c'est évidemment à tort qu'il passe pour l'inventeur de la navigation à vapeur. Voici quelques extraits de la lettre citée plus haut : « Paris, 4 pluviôse, an xi . « Je vous envoie ci-joints les dessins, esquisses d'une « machine que je fais construire, avec laquelle...
Page 4 - La chèvre sert à élever des fardeaux ou dresser des pièces de bois ; cette machine se compose de trois mâtereaux, dont deux sont joints solidement ensemble et écartés par le bas ; l'autre sert de support aux deux premiers; au sommet est fixé un palan, et en bas, dans l'écart formé par les deux mâtereaux réunis, est placé un treuil sur lequel on manœuvre le garant du palan au moyen de barres.

Informations bibliographiques