Bibliothèque impartiale [by J.H.S. Formey].

Couverture
1753
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 146 - Si le retablissement des sciences et des arts a contribue a epurer les moeurs (1750), nagrodzoną na konkursie Akademji w Dijon.
Page 73 - Nous en jugerons par nos yeux et par nos oreilles. Du bruit de Bajazet mon âme importunée fait que je veux aller à la comédie ; enfin nous en jugerons.
Page 454 - ... éloges, on cherche du moins, on se plaît à vous faire grâce. Enfin, soit justice, soit indulgence, lorsqu'on vous marque de l'estime pour vos ouvrages, c'est par un sentiment plus flatteur encore que cette estime même, une sorte d'amitié. Voilà, qu'il me soit permis de le dire, le genre de succès que j'ai ambitionné dans le peu que j'ai fait d'ouvrages. Je n'ai regardé mes...
Page 78 - Il ne pourroit à la vérité en écouter le récit , s'il étoic certain de l'innocence d'Hippolyte ; mais , dans l'état d'incertitude où il fe trouve , agité de la crainte de s'être trompé, il eft naturel qu'il écoute le détail de cette mort; plus elle eft affreufe , plus elle lui paroît l'effet d'une jufte punition du ciel.
Page 449 - ... précédent ; mais que ne fait-elle pas pour les réunir ! Elle les attire l'un vers l'autre ; rien ne peut altérer ce penchant...
Page 78 - ... que s'il les voyoit encore : l'effroi dont il eft pénétré lui fait employer les images les plus vives; il croit voir encore le monftre fortir des flots. Un orateur qui raconteroit un événement pareil ne pourroit-il pas dire en parlant...
Page 418 - ... à craindre quelque chofe, & les affiégeans à efpérer beaucoup, la riviere groffie par des pluies abondantes , & par la fonte des neiges , entraîna les digues élevées pour détourner fon cours. Cet événement avoit été précédé , & fut fuivi de plufieurs autres fi malheureux, qu'après deux mois de fiege on n'étoit guere plus avancé que le premier jour.
Page 408 - ... Tant de modération ne fe trouva pas du •goût du général François. Il ne lui parut pas qu'il pût y avoir du danger à continuer la guerre contre un ennemi qui la faifoit fi mal; & il penfa que s'il fe contentoit des fuccès faciles qu'il avoit eus , on le regarderoit plutôt comme un aventurier heureux, que comme un général habile. Ces idées étoient fortifiées par le cri de toute l'armée , qui menaçoit , fi on la retenoit dans l'inaction , de s'en retourner en France. Le...
Page 453 - Ouvrages que vous n'avez point faits, et qu'on veut accréditer en les joignant aux vôtres. Ce sera de votre propre renommée que l'avarice ou la malignité tirera des moyens de vous nuire. Pesons à présent les avantages le plus ordinairement attachés aux Ouvrages où l'Auteur semble se peindre...
Page 414 - Dès - lors leurs partis fe laiflerent battre , leurs fubfiftances devinrent difficiles ; & Bonnivet dans la crainte de fe voir forcer ou affamer dans fon camp recula fes quartiers jufqu'au Tefin. • L'armée de Colonne, & les peuples du...

Informations bibliographiques