Histoire des duchés de Lorraine et de Bar, et des trois evêchés, Meurthe, Meuse, Moselle, Vosges, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 301 - II est à souhaiter, dit Voltaire, que la dernière postérité apprenne qu'un des plus petits souverains de l'Europe a été celui qui a fait le plus de bien à son peuple. Léopold trouva la Lorraine désolée et déserte, il la repeupla, il l'enrichit, il l'a toujours conservée en paix, pendant que le reste de l'Europe
Page 301 - trouva la Lorraine désolée et déserte, il la repeupla, il l'enrichit, il l'a toujours conservée en paix, pendant que le reste de l'Europe a été ravagé par la guerre. Il a eu la prudence d'être toujours bien avec la France, et d'être aimé de l'Empire, tenant heureusement ce juste milieu qu'un prince faible et sans
Page 301 - il la faisait rétablir à ses dépens : il payait leurs dettes; il mariait leurs filles ; il prodiguait des présens avec cet art de donner qui est encore au-dessus des bienfaits; il mettait dans ses dons la magnificence d'un prince et la politesse d'un ami *. Les arts, dans
Page 301 - garder entre deux grandes puissances. Il a procuré à ses peuples l'abondance qu'ils ne connaissaient plus. Sa noblesse, réduite à la dernière misère, a été mise dans l'opulence par ses seuls bienfaits. Voyait-il la maison d'un gentilhomme en ruine, il la faisait rétablir à ses dépens : il payait leurs dettes; il mariait leurs filles ; il
Page 301 - présens avec cet art de donner qui est encore au-dessus des bienfaits; il mettait dans ses dons la magnificence d'un prince et la politesse d'un ami *. Les arts, dans ses deux duchés, produisaient une circulation nouvelle qui fait la richesse des états.
Page 302 - aux yeux par des machines admirables. Il a cherché les talens jusque dans les boutiques et les forêts, pour les mettre au jour et les encourager; enfin, pendant tout son règne, il ne s'est occupé que du soin de procurer à sa nation de la tranquillité, des richesses , des connaissances et des plaisirs. Je quitterais demain ma souveraineté , disait-il,
Page 302 - de Louis XIV. il faisait fleurir les belles-lettres; il établit à Lunéville une espèce d'université où la jeune noblesse d'Allemagne venait se former. On y apprenait de véritables sciences, dans des écoles
Page 266 - d'avoir des remparts à sa capitale ; mais on ne put lui ôter un droit plus beau , celui de faire du bien à ses sujets, droit dont jamais prince n'a si bien usé que lui...
Page 302 - a laissé, en mourant , son exemple à suivre aux plus grands rois, et il n'a pas peu servi à préparer à son fils le chemin du trône de l'Empire.
Page 353 - ne m'a pas oublié. Je la remercie de tout mon cœur « du livre de plans qu'elle a bien voulu m'envoyer ; « les grandes choses qu'elle exécute avec peu de moyens « en Lorraine, doivent faire regretter à jamais à tous « les bons Polonais la perte d'un prince qui aurait fait

Informations bibliographiques