Saint-Martin, le philosophe inconnu: sa vie et ses écrits, son maitre Martínez et leurs groupes d'après des documents inédits

Couverture
Didier, 1862 - 460 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 29 - Ce caractère est général parmi eux; jamais je n'y ai rencontré d'exception parfaite parmi les nombreux adeptes que j'ai connus. « Le plus instruit, le plus sage et le plus élégant des théosophes modernes, Saint-Martin, dont les ouvrages furent le code des hommes dont je parle, participait cependant à ce caractère général.
Page 337 - à peu, se mit à parler en façon d'archange; plus il parlait, plus son langage devenait ténébreux... Depuis six mortelles heures, j'écoutais et je ne découvrais rien. A minuit, l'homme des visions se lève tout à coup; je crus que l'Esprit descendait, mais M. de Saint-Martin déclara qu'il était épuisé ; il prit son chapeau et s'en alla.
Page 30 - pas de parler des illuminés sans les connaître. « Je les ai beaucoup vus ; j'ai copié leurs écrits de ma propre main. Ces hommes parmi lesquels j'ai eu des amis m'ont souvent édifié, souvent ils m'ont amusé et souvent aussi... Mais je ne veux point me rappeler de certaines choses.
Page 37 - nous deviendrons un comme Dieu est un, et nous serons consommés en l'unité éternelle de Dieu le Père, de Dieu le Fils et de Dieu le Saint-Esprit, conséquemment consommés dans la jouissance des délices éternelles et divines.
Page 271 - pas voulu montrer, tels que la résipiscence de l'être pervers à laquelle le premier homme aurait été chargé de travailler, idée qui me paraît encore digne du plan universel, mais sur laquelle cependant je n'ai encore aucune démonstration positive, excepté par l'intelligence.
Page 234 - intellectuellement mais distinctement dit : « Depuis que le Verbe s'est fait chair, nulle « chair ne doit disposer d'elle-même sans qu'il en donne « la permission. » Ces paroles me pénétrèrent profondément, et quoiqu'elles ne fussent pas une défense formelle, je me refusai à toute négociation ultérieure....
Page 450 - Des Erreurs et de la Vérité, ou les Hommes rappelés au principe universel de la science, par un Phil... inc... 2
Page 451 - Réflexions d'un observateur sur la question proposée par l'Institut : Quelles sont les Institutions les plus propres à fonder la morale d'un peuple? Paris, 1798.
Page 338 - II me prend un remords : j'ai parlé de M. de SaintMartin avec un peu de moquerie; je m'en repens. M. de Saint-Martin était, en dernier résultat, un homme d'un grand mérite, d'un caractère noble et indépendant. Quand ses idées étaient
Page 294 - Dans les sciences où la vérité est reçue sans contestation, n'est-ce pas à la perfection des signes qu'on en est redevable? « Dans les sciences qui fournissent un aliment éternel aux disputes, le partage des opinions n'est-il pas un effet nécessaire de l'inexactitude des signes?

Informations bibliographiques