Images de page
PDF
ePub

qu'ils tenaient, sauront encore bien moins le ressaisir; les autres, désabusés par une longue ex

périence, et liés par gratitude au prince qui les a délivrés, en sont devenus les plus zélés defenseurs ; leur franchise , aussi connue que le fut leur exaltation philantropique, environne će trove occupé par l'auguste fondateur d'une dynastie nouvelle , qui se fait gloire d'étre sorti de nos rangs populaires.

Le désir de satisfaire à la juste impatience de la nation, a laissé trop peu de tems pour

la

parfaite rédaction d'un acte constitutionnel qui, d'ailleurs, consacre les principes e les droits les plus sacrés des citoyens. Vos lumières, Messieurs, feront connaître les améliorations dont sa forme est susceptible : plus nous nous éclairerons sur nos véritables intérêts, plus il sera reconnu, n'en doutons pas, qu'ils sont les mêmes pour tous, et que ceux du chef de l'empire ne peuvent qu'être en parfaite harmonie avec ceux de tous les autres membres qui le composent.

Le génie de notre nation qui a toujours repoussé l'ambition des conquêtes ; et les malheurs qui ont été le résultat de nos expéditions lointaines, devaient être pour les puissances étrangères une garantie suffisanie de l'assurance donnée

que

nous

voulions, nous en tenir aux limites fixées par le traité de Paris ; aussi la crainte ridicule qu'elles ont affectée d'une nouvelle invasion de notre part, n'est-elle, aux yeux de tous les hommes de bonne foi, qu'un prétexte pour masquer leur propre ambition, qu'un moyen d'isoler du reste de la nation celui qui seul y met un obstacle invincible. Mais les actes insensés du congrés de Vienne, les déclarations faites au parlement d'Angleterre, les subsides votés pour les autres membres de la coalition, les hostilités déjà commises sur terre et sur mer, sans aucune provocation, les descentes opérées ou tentées sur nos côtes de l'ouest, les manoeuvres ourdies dans l'intérieur pour y rallumer le flambeau de la guerre civile ; toutes ces choses nous donnent la mesure de la justice et de la modération de nos ennemis; elles prouvent que leurs intentions aujourd'hui sont encore les mêmes que celles qui furent consignées en 1792 dans le trop fameux manifeste de Brunswick.

Puisqu'il faut que nous défendions de nouveau .nos foyers contre cette coalition barbare de puissances jalouses , elles apprendront une seconde fois quelle est l'énergie d'un grand peuple qui combat pour son indépendance, sous les bannières de la justice.

[ocr errors]
[ocr errors]

Vous, Messieurs, qui connaissez les dispositions de ce peuple essentiellement bon, confiant, généreux; qui savez qu'aucun sacrifice ne lui coûte lörsqu'il voit qu'on ne lui demande que ce qui est juste, que ce qui lui est utile, que ce qui lui est glorieux, vous avez déjà pris ceite attitude imposante qui est le gage infaillible de la grandeur nationale et de la liberté des citoyens.

C'est pour asseoir l'une et l'autre sur un fondement inébranlable, que vous devez connaître la situation actuelle de l'empire. Nous ne craindrons pas de vous dire à la face des nations la vérité toute entière; car si le tableau de nos besoins est immense, celui de nos ressources ne l'est pas moins: il ne nous faut que notre propre volonté, de l'union, de la sagesse , pour triompher de tous les obstacles, pour sortir de la nouvelle crise avec une gloire d'autant plus éclatante, d'autant plus pure, que nos efforts n'ont pour objet que la défense la plus légitime et la plus sacrée, contre l'agression la plus injuste et la plus odieuse qui fût jamais. C'est, Messieurs, le tableau de tout ce qui tient au salut de l'état , à sa prospérité , que

Sa Majesté m'a chargé de mettre ici sommairement sous vos yeux': les détails et les calculs relatifs à chacune des branches de l'administration vous seront ensuite fournis à mesure du besoin.

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

L'administration communale , abandonnée en quelque sorte sous le dernier gouvernement, a été replacée sous l'empire de la législation.

Plusieurs causes concourent à l'état de gêne actuel des caisses communales. L'année dernière, après le départ des troupes étrangères, les princes de la maison de Bourbon essayerent de se faire connaître en parcourant les provinces : leurs voyages plusieurs fois renouvelés, ont imposé aux caisses communales des charges énormes, qui ne sont pas encore toutes acquittées.

Des sommes assez considérables provenant des coupes extraordinaires, faites dans les bois communaux, ont été acquises au trésor par le système consacré dans la loi du 23 septembre 1814: ces ressources , anciennement ménagées aux communes , sont aujourd'hui perdues pour elles.

Les communes sont encore momentanément privées de la rente qui doit leur tenir lieu des propriétés aliénées, en vertu de la loi du 20 mars 18:3.

L'Empereur ayant voulu faire disparaître quel-. ques unes des contributions comprises sous la dém

[ocr errors]

nomination générique de droits réunis, et dont la perception était vexatoire et généralement odieuse, il fallut pour suppléer aux recouvremens, forcer les droits d'entrée, et réduire les droits d'octroi sur les boissons.

Malgré cet état peu satisfaisant des caisses communales, elles concourent puissamment encore aux préparatifs de defense, et sur-tout à la mobilisation des

çorps d'élite de la garde nationale : le décret du 24 avril y a spécialement affecté le dixième de tous les revenus municipaux; les communes riches soulagent de plus , jusqu'à la concurrence d'un autre demi-dixième de ces mêmes revenus, les communes pauvres : celles qui sont exposées aux attaques de l'ennemi font des avances sur leurs excédens disponibles, pour accélérer leurs approvisionnemens et compléter leurs moyens de défense. Vous sentirez, Messieurs, combien il importe que les dépenses supportées par les départemens fron tières avec le plus généreux dévoûment, soient uniformément réparties.

HOSPICES ET SECOURS.

Les établissemens de bienfaisance sont l'objet de toute la sollicitude du gouvernement,

« PrécédentContinuer »