Oeuvres, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xvi - Seigneur, je commence à sentir ma faiblesse ; ma vue se couvre; l'erreur et la vérité m'échappent également ; ayez pitié de votre serviteur qui vient à vous avec un cœur sincère; écoutez la prière du pauvre. >, Je ne sais ni le jour ni l'heure; mais j'ai vu ce que je ne voyais pas, je suis sorti de Rome libre et victorieux. J'ai appris de ma propre expérience que l'Église...
Page 136 - ... qui lui avait été montrée la nuit précédente ; et , courant à ce pauvre , il le serra dans ses bras avec une sainte effusion , entrecoupée de ces paroles : « Vous êtes mon « compagnon, vous marcherez avec moi, tenons« nous ensemble , et nul ne pourra prévaloir contre
Page 67 - La guerre est l'acte par lequel un peuple résiste à l'injustice au prix de son sang. Partout où il ya injustice, il ya cause légitime de guerre jusqu'à satisfaction. La guerre est donc, après la religion, le premier des offices humains : l'une enseigne le droit , l'autre le défend; l'une est la parole de Dieu, l'autre son bras. Saint...
Page xxxi - Aujourd'hui j'ai terrassé l'ennemi; je ne sens plus l'ombre de la lâcheté humaine et c'est ce qui m'assure du succès encore plus que les facilités que j'ai trouvées. Quand je suis entré au séminaire, il ya quatorze ans, j'ai éprouvé absolument...
Page xli - Église à cet auditoire, c'est, au fond, toujours de vous que j'ai parlé; mais, enfin, aujourd'hui plus directement, j'arrive à vous-même, à cette divine figure qui est chaque jour l'objet de ma contemplation, à vos pieds sacrés que j'ai baisés tant de fois, à vos mains aimables qui m'ont si souvent béni, à votre chef couronné de gloire et d'épines, à cette vie dont j'ai respiré le parfum dès ma naissance, que mon adolescence a méconnue, que ma jeunesse a reconquise, que mon âge...
Page 340 - Il répondit aux vœux de son ordre par un ouvrage d'une simplicité exquise, auquel il est impossible de toucher sans le gâter. Il l'appela Vies des Frères , et le divisa en quatre parties. La seconde est relative à saint Dominique, mais ne contient que quelques faits épars échappés aux légendes antérieures.
Page iii - Presque tous ces jeunes gens devaient au christianisme leur supériorité naturelle; ils voulurent bien, quoique je n'eusse pas leur foi , me reconnaître comme l'un d'entre eux, et bientôt des réunions intimes ou de longues promenades nous mirent en présence des plus hauts problèmes de la philosophie, de la politique et de la religion. Je négligeai naturellement l'étude du droit positif, entraîné que j'étais par ce mouvement d'intelligence d'un ordre supérieur, et je fus un médiocre étudiant...
Page 137 - L'échange de ces cérémonies se fait au couvent d'Ara-Cœli pour la fête de saint François, et quelque chose de pareil a lieu par toute la terre, là où un couvent de Dominicains et un couvent de Franciscains s'élèvent assez proche l'un de l'autre pour permettre à leurs habitants de se donner un signe visible du pieux et héréditaire amour qui les unit.
Page 33 - A vingt-cinq ans, une âme généreuse ne cherche qu'à donner sa vie. Elle ne demande au Ciel et à la terre qu'une grande cause à servir par un grand dévouement; l'amour y surabonde avec la force.
Page 174 - Mais maintenant ces choses sont cachées a tes yeux. Des jours viendront sur toi où tes ennemis t'entoureront de fossés , et te ceindront et te presseront de toutes parts ; et ils te coucheront par terre , toi et les enfants qui sont en toi, et ils ne laisseront pas de toi pierre sur pierre, parce que tu n'auras pas connu le temps où le Seigneur te visitait (2).

Informations bibliographiques