Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Décret de la Convention nationale concernant les contre

facteurs, du 19 juillet , l'an 2 de la république. ,

LA CONVENTION NATIONALE, après avoir entendu le rapport de son comité d'estruction publique, décrète ce qui suit :

ARTICLE PREMIER. Les auteurs d'écrits en lout genre, les compositeurs de musique, les peintres et dessinateurs qui feront graver des tableaux ou dessins, jouiront, durant leur vie entière, du droit exclusif de vendre, faire vendre, distribuer leurs ouvrages daus le territoire de la république, et d'en céder la propriété en tout ou en partie.

II. Les héritiers ou cessionnaires jouiront du même droit durant l'espace de dix ans après la mort des auteurs.

III. Les officiers de paix seront tenus de faire confisquer, à la réquisition et au profit des auteurs, compositeurs, peintres ou dessinateurs et autres, leurs héritiers ou cessionnaires, tous les exemplaires des éditions imprimées ou gravées sans la permission formelle et par écrit des auteurs.

IV. Tout conrefacteur sera tenu de payer au véritable propriétaire une somme équivalente au prix de trois mille exemplaires de l'édition originale.

V. Tout débitant d'édiáon contrefaite , s'il n'est pas reconnu contrefacteur sera tenu de payer au véritable propriétaire une somme équivalente au prix de cinq cents exemplaires de l'édition originale.

VI. Tout citoyen qui mettra au jour un ouvrage, soit de littérature ou de gravure, dans quelque genre que ce soil, sera obligé d'en déposer deux exemplaires à la bibliothèque natioựale ou au cabinet d'estampes de la république, dont il recevra un recu signé par le bibliothécaire ; faute de quoi il ne pourra être admis en justice pour la poursuite des contrefacteurs.

VII. Les héritiers de l'auteur d'un ouvrage de littérature ou de gravure, ou de toutes autres productions de l'esprit ou du génie qui appartiennent aux leaux arts en auront la propriété exclusive pendant dix ans.

[ocr errors]
[ocr errors]

Je place la présente édition sous la sauve-garde des lois et de la probité des citoyens. Je déclare que je poursuivrai devant les tribunaux tout contrefacteur, distributeur , ou débitant d'édition contrefaite ; j'assure même au citoyen qui me fera connaître le contrefacteur , distributeur ou débitant, la moitié du dédommagement que la loi accorde. Paris, le premier germinal, l'an 6 de la république.

La seule véritable édition est accompagnée de ma signature.

Slastan

et

[blocks in formation]

Dear

Intoine

PAR M. L! A.SMILET-MUREAU,

Général de brigade dans le corps du Génie , Directeur

des Fortifications, ex-Constituant, Membre de plusieurs
Sociétés littéraires de Paris.

TOM E PREMIER.

-
A PARIS,

AZ Mall

Chez PLASSAN, Imprimeur-Libraire, rue du Cimetière

André-des-Arcs, no 10.

L'AN VI DE LA RÉPUBLIQUE. — 1798.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

PRÉ FACE

DU RÉDACTEUR.

Le public, accoutumé à l'idée pénible de la perte qu'a dû entraîner celle des deux bâtimens de l'expédition malheureuse commandée par la Pérouse , sera surpris de la publication du journal de son voyage. Le décret de l'Assemblée constituante qui a ordonné l'impression des cartes et mémoires envoyés par ce navis gateur, a dû cependant annoncer que nous n'étions pas entièrement privés du fruit de sa campagne. Sa prévoyance lui fit non seulement saisir , mais chercher les occasions d'envoyer ses journaux en Europe. Il eût été à souhaiter que l'amourpropre des savans embarqués avec lui leur eût permis de se détacher de même du fruit de leurs travaux; nous n'aurions pas à en regretter la perte presque totale.

« PrécédentContinuer »