Images de page
PDF
ePub

FBoucheriet

ÉF. Eurful LES FOURBERIES DE SCAPIN.

LES FOURBERIES

DE

SCAPIN,
COMÉDIE.

Tome VII.

A

SILVESTRE.
Ce matin même.

OCTA V E.
Et qu'il revient dans la résolution de me marier ?

SILVESTRE.
Oui.

OCTA V E. Avec une fille du Seigneur Géronte?

SILVESTRE. Du Seigneur Géronte.

OCTA V E. Et que cette fille eft mandée de Tarente ici pour cela ?

SILVESTRE.
Oui.

OCT A V E.
Et tu tiens ces nouvelles de mon oncle ?

SILVESTR E.
De votre oncle.

O CT A V E.
A qui mon pere les a mandées par une lettre ?

SILVESTRE.
Par une lettre.

OCTA V E.
Et cet oncle, dis-tu , fait toutes nos affaires ?

SILVESTRE.
Toutes nos affaires.

OCTA V E. Ah! Parle , si tu veux ,

& ne te fais point, de la forte, arracher les mots de la bouche.

SILVESTRE. Qu'ai-je à parler davantage? Vous n'oubliez aucune circonstance , & vous dites les choses tout justement comme elles sont.

O CT A V E. Conseille-moi , du moins ; & me dis ce que je dois faire dans ces cruelles conjonctures.

SILVESTRE.

« PrécédentContinuer »