Les œuvres de Mr. Gresset, Volume 4

Couverture
Chez Pellissari & Compagnie, 1746 - 579 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 17 - II nous vaut mieux vivre au sein de nos lares, Et conserver, paisibles casaniers, Notre vertu dans nos propres foyers, Que parcourir bords lointains et barbares : Sans quoi le cœur, victime des dangers, Revient chargé de vices étrangers. L'affreux destin du héros que je chante En éternise une preuve touchante : Tous les échos des parloirs de Nevers, Si l'on en doute, attesteront mes vers. A Nevers donc, chez les Visitandines...
Page 29 - D'un auteur, témoin oculaire, En sait-on "la réalité? J'ouvre les fastes : sur cet âge Partout je trouve des regrets; Tous ceux qui m'en offrent l'image Se plaignent d'être nés après. J'y lis que la terre fut teinte Du sang de son premier berger; Depuis ce jour, de maux atteinte, Elle s'arma pour le venger. Ce n'est donc qu'une belle fable ; N'envions rien à nos aïeux : En tout temps l'homme fut coupable, En tout temps il fut malheureux.
Page 23 - La nature sur chaque image Doit guider les traits du pinceau ; Tout doit y peindre un paysage , Des jeux, des fêtes sous l'ormeau: L'œil est choqué s'il voit reluire Les palais , l'or, et le porphyre , Où l'on ne doit voir qu'un hameau.
Page 23 - Affranchis l'églogue captive , Tire-la des chaînes de l'art ; Qu'elle soit tendre , mais naïve , Belle sans soin , vive sans fard ; Que dans des routes naturelles Elle cueille des fleurs nouvelles, Sans les chercher trop à l'écart. En industrieuse...
Page 73 - Vendre aux querelles du vulgaire Ma voix et ma tranquillité, Et, dans l'antre de la Chicane, Aux lois d'un tribunal profane Pliant la loi de l'Immortel, Par une éloquence anglicane Saper et le trône et l'autel?
Page 74 - D'une libre et sûre retraite Vit ignoré , content de peu , Et qui ne se voit point sans cesse Jouet de l'aveugle déesse...
Page 75 - II rencontre sur son passage Tous les jours des pays nouveaux , Tantôt un fertile rivage Bordé de coteaux fortunés , Tantôt une rive sauvage , Et des déserts abandonnés ; Parmi ces erreurs continues...
Page 20 - II est un art de donner d'heureux tours A l'étamine , à la plus simple toile. Souvent l'essaim des folâtres Amours , Essaim qui sait franchir grilles et tours , Donne aux bandeaux une grâce piquante , Un air galant à la guimpe flottante; Enfin , avant de paraître au parloir, On doit au moins deux coups d'œil au miroir ; Ceci soit dit entre nous, en silence.
Page 78 - Des divinités de vos bois. Parmi la foule trop habile Des beaux diseurs du nouveau style, Qui, par de bizarres détours, Quittant le ton de la nature, Répandent...
Page 68 - Sauvent du souffle de la mort Tantôt de l'azur d'un nuage Plus brillant que les plus beaux jours Je vois sortir l'ombre volage D'Anacréon , ce tendre sage , Le Nestor du galant rivage, Le patriarche des Amours. Épris de son doux badinage , Horace accourt à ses accens, Horace , l'ami du bon sens , Philosophe sans verbiage . Et poète sans fade encens. Autour de ces ombres...

Informations bibliographiques