Lettres de Madame de Sévigné: avec les notes de tous les commentateurs, Volume 2

Couverture
Librairie de Firmin Didot Fréres, 1844
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 358 - On couvre le corps d'un manteau, on le porte dans une haie; on le garde à petit bruit; un carrosse vient, on l'emporte dans sa tente : ce fut là où M. de Lorges, M. de Roye et beaucoup d'autres pensèrent mourir de douleur; mais il fallut se faire violence, et songer aux grandes affaires qu'on avait sur les bras.
Page 58 - ... résister. Vous n'avez jamais vu Paris comme il est ; tout le monde pleure, ou craint de pleurer : l'esprit tourne à la pauvre...
Page 213 - Vertus • y achève sa vie avec des douleurs inconcevables et une résignation extrême : tout ce qui les sert, jusqu'aux charretiers, aux bergers , aux ouvriers , tout est modeste. Je vous avoue que j'ai été ravie de voir cette divine solitude , dont j'avois tant ouï parler; c'est un vallon affreux, tout propre à inspirer le goût de faire son salut.
Page 297 - Il mande la mort du jeune d'Hocquincourt, et qu'il enverra un courrier apprendre au roi la suite de cette entreprise : il cachette sa lettre et l'envoie à deux heures. Il va sur cette petite colline avec huit ou dix personnes : on tire de loin à l'aventure un malheureux coup de canon, qui le coupe par le milieu du corps, et vous pouvez penser les cris et les pleurs de cette armée. Le courrier part à l'instant ; il...
Page 307 - ... c'est le palais d'Armide; le bâtiment s'élève à vue d'œil ; les jardins sont faits : vous connoissez la manière de Le Nôtre ' ; il a laissé un petit bois sombre qui fait fort bien; il ya un bois entier d'orangers dans de grandes caisses; on s'y promène; ce sont des allées où l'on est à l'ombre ; et , pour...
Page 219 - ... l'homme et le cheval , au lieu de s'amuser à être roués et estropiés , se relèvent miraculeusement , remontent l'un sur l'autre, et s'enfuient et courent encore, pendant que les laquais de l'archevêque et le cocher , et l'archevêque même , se mettent à crier : Arrête, arrête ce coquin, qu'on lui donne cent coups. L'archevêque, en racontant ceci, disait : Si j'avais tenu ce maraud-là, je lui aurais rompu les bras et coupé les oreilles.
Page 297 - On était près d'aller se divertir à Fontainebleau , tout a été rompu ; jamais un homme n'a été regretté si sincèrement ; tout ce quartier où il a logé ' , et tout Paris , et tout le peuple était dans le trouble et dans l'émotion ; chacun parlait et s'attroupait pour regretter ce héros.
Page 358 - Ses deux neveux étaient à cette pompe, dans l'état que vous pouvez penser. M. de Roye tout blessé s'y fit porter ; car cette messe ne fut dite que quand ils eurent repassé le Rhin. Je pense que le pauvre chevalier (de Grignan) était bien abîmé de douleur.
Page 58 - Sa pensée n'osa aller plus loin. Madame , il se porte bien de sa blessure. — H ya eu un combat. Et mon fils? — On ne lui répondit rien. — Ah! Mademoiselle, mon fils, mon cher enfant, répondez-moi , est-il mort? — Madame, je n'ai point de parole pour vous répondre,.
Page 267 - La retraite qu'il vient de faire est la plus éclatante et la plus fausse action de sa vie, c'est un sacrifice qu'il fait à son orgueil, sous prétexte de dévotion : il quitte la cour où il ne peut s'attacher, et il s'éloigne du monde qui s'éloigne de lui.

Informations bibliographiques