Oeuvres completes de l'abbé Proyart ...

Couverture
Méquignon fils aine, 1819
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 61 - Il n'a point vu tout ce qu'il a fait , mais il a fait tout ce que nous voyons. Les observateurs éclairés , ceux qui sauront écrire l'histoire , prouveront à ceux qui savent réfléchir, que le premier auteur de cette grande révolution qui étonne l'Europe , et répand de tout côté l'espérance chez les peuples et l'inquiétude dans les cours, c'est , sans contredit , Voltaire.
Page 170 - C'est toujours, ou notre intérêt grossier, ou notre intérêt subtil et déguisé que nous cherchons en eux. Si ce n'est pas l'argent, la commodité, la faveur que nous y cherchons , c'est la gloire de les aimer sans intérêt ; c'est le goût , c'est la confiance , c'est le plaisir d'être aimés par des gens de mérite , qui flattent notre amour-propre bien plus qu'une somme d'argent ne le flatterait.
Page 193 - Pour tout le reste , laissons-le dans l'ordre que Dieu a établi dans le monde : faisons les mêmes choses honnêtes et vertueuses ; mais faisons-les pour celui qui nous a faits , et à qui nous devons tout. Cet amour de Dieu ne demande point 'de tous les chrétiens des austérités semblables à celles des anciens solitaires, ni leur solitude profonde , ni leur contemplation. Il ne demande d'ordinaire , ni les actions éclatantes et héroïques , ni le renoncement aux biens légitimement acquis...
Page 109 - Ce qui en reste, après cet adoucissement fait par la discrétion du préteur, c'est que nous formons une secte qui a juré la ruine de toute société, de tout gouvernement, et de toute morale. Cela est gaillard; mais vous sentez, mon cher philosophe, que si on imprime aujourd'hui de pareilles choses, par ordre exprès de ceux qui ont l'autorité en main, ce n'est pas pour en rester là; cela s'appelle amasser les fagots au septième volume pour nous jeter dans le feu au huitième.
Page 52 - ... jette les semences d'une révolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'être témoin. Les Français arrivent tard à tout, mais enfin ils arrivent. La lumière s'est tellement répandue de proche en proche, qu'on éclatera à la première occasion; et alors ce sera un beau tapage. Les jeunes gens sont bien heureux; ils verront de belles choses.
Page 172 - A Dieu ne plaise donc que j'aime plus que lui ce que je n'aime que pour lui ! Mais j'aime de tout mon cœur, pour l'amour de lui, tout ce qui me le représente , tout ce qui renferme ses dons , tout ce qu'il a voulu que j'aimasse. Ce principe solide d'amour fait que je ne veux jamais manquer à rien, ni à mes proches, ni à mes amis. Leurs imperfections n'ont garde de me surprendre, car je n'attends qu'imperfection de tout ce qui n'est pas mon Dieu. Je ne vois que lui seul en tout ce qui a le moindre...
Page 84 - ... utiles pour laisser un grand vide dans les campagnes et dans les ateliers, et influer sur le royaume entier. Il est certain d'ailleurs que ce vide ne dut jamais être plus sensible qu'au moment où il se fit. On ne s'en aperçut pas alors, et l'on s'en plaint aujourd'hui ! Il faut donc en chercher une autre cause : elle existe en effet, et, si on veut le savoir, c'est la guerre. Quant à la retraite des huguenots, elle coûta moins d'hommes utiles à l'Etat, que ne lui en enlevoit une seule année...
Page 402 - ... le prince, en sa qualité de souverain chef de l'État, ainsi que de protecteur de l'Église, ne peut permettre à qui que ce soit de statuer sans sa participation sur des matières d'une grande importance.
Page 52 - ... d'une superstition révérée; d'une autre, les abus de la dissipation forcent les princes à s'emparer des biens de ces reclus , les suppôts et les trompettes du fanatisme. Cet édifice, sapé par ses fondements, va s'écrouler; et les nations transcriront dans leurs annales que Voltaire fut le promoteur de cette révolution qui se fit au dix -neuvième a siècle dans l'esprit humain.
Page 364 - En voici les raisons. On ne trouve dans nos contrées aucun catholique lettré, si ce n'est parmi les jésuites; nous n'avions personne capable de tenir les classes; nous n'avions ni pères de l'Oratoire, ni...

Informations bibliographiques