Images de page
PDF

Lorsque Boileau exhorta les poëtes des différens genres à célébrer le monarque du grand siècle, il dit :

Que Segrais dans l'Eglogue en charme les forêts.

C'était, en un seul vers, faire un juste éloge de ce chantre des bergers. Nous en donnerons trois Eglogues.

« Le principal mérite de Segrais, dit La » Harpe , est d'avoir bien saisi le caractère et » le ton de l'Eglogue. Il a du naturel, de la » douceur et du sentiment. Imitateur fidèle » de Virgile , il a fait, comme lui, rentrer » dans ses sujets les images champêtres qui » lui donnent un air de vérité ; mais il ne sait » pas les colorer comme lui ; il donne à ses » bergers le langage qui leur convient ; mais » ce langage manque souvent de cette élégance » et de cette harmonie qu'il faut allier à la 2D simplicité. D> /

En citant avantageusement plusieurs passages des Eglogues de Segrais, La Harpe ajoute : « Ces endroits et plusieurs autres,

Id. et Egl, - 2

» prouvent que Segrais n'était pas un poëte
» bucolique à mépriser. Il faut songer qu'il
» écrivait avant les maîtres de la poésie fran-
» çaise, et n'ayant encore d'autres modèles
» que Malherbe et Racan. »
L'auteur du Cours de Littérature est un
peu plus sévère à l'égard de M.me Deshou-
lières et de Fontenelle. Nous mettrons sous
les yeux de nos lecteurs les bucoliques de ces
deux poëtes auxquelles il semble donner la
préférence.
Le législateur du Parnasse donne en quel-
ques vers la meilleure définition de l'Idylle ;
après l'avoir comparée à une bergère, il ajoute :

Telle, aimable en son air, mais humble dansson style,
Doit éclater sans pompe une élégante Idylle.
Son tour simple et naïf n'a rien de fastueux ;
Il n'aime point l'orgueil d'un vers présomptueux :
Il faut que sa douceur flatte, chatouille, éveille,
Et jamais de grands mots n'épouvante l'oreille.

Gresset s'exprime ainsi sur la poésie pastorale en général :

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

La nature sur chaque image
Doit guider les fraits du pinceau ;
Tout y doit peindre un paysage,
Des jeux , des fêtes sous l'ormeau :
L'œil est choqué s'il voit reluire
Les palais, l'or et le porphyre,
Où l'on ne doit voir qu'un hameau.

Il veut des grottes, des fontaines,
Des pampres, des sillons dorés,
Des prés fleuris, de vertes plaines,
Des bois, des lointains azurés.
Sur ce mélange de spectacles
Ses regards volent sans obstacles,
Agréablement égarés.

Là, dans leur course fugitive,
Des ruisseaux lui semblent plus beaux
Que les ondes que Part captive
Dans un dédale de canaux ;
Et qu'avec faste et violence
Une sirène au ciel élance
Et fait retomber en berceaux.

« Ces sortes de compositions, dit La Harpe, » demandent une main très-légère et très-exer» cée, parce que l'essentiel est de n'y mettre » qu'autant d'esprit qu'il en faut au sentiment; » et cette mesure-là ne se donne pas ; il saut » l'avoir. »

Les nuances qui existent entre l'Eglogue et l'Idylle des anciens sont très-difficiles à saisir. Plusieurs Eglogues de Virgile ressemblent aux Idylles de Théocrite, et vice versâ. On éprouve le même embarras en lisant les Eglogues de Fontenelle et les Idylles de Berquin.

Nous pensons néanmoins qu'une simplicité élégante doit caractériser l'Idylle, et que c'est par cette élégance ennoblie qu'elle se distingue de l'Eglogue , plus naïve et moins aprêtée.

A tout ce que nous venons de dire sur la poésie postorale , nous croyons devoir ajouter les stances suivantes :

[ocr errors][merged small]

Paécieux jours dont fut ornée
La jeunesse de l'univers,
Par quelle triste destinée
N'êtes-vous plus que dans nos vers?

Votre douceur charmante et pure
Cause nos regrets superflus,
Telle qu'une tendre peinture
D'un aimable objet qui n'est plus.

La terre, aussi riche que belle,
Unissait, dans ces heureux temps,
Les fruits d'une automme éternelle
Aux fleurs d'un éternel printemps.

Tout l'univers était champêtre,
Tous les hommes étaient bergers ;
Les noms de sujet et de maître
Leur étaient encore étrangers.

Sous cette juste indépendance,
Compagne de l'égalité,
Tous, dans une même abondance,
Goûtaient même tranquillité.

« PrécédentContinuer »