Images de page
PDF

Que du dieu Mars encor la fureur se déploie,
Et qu'Achille menace une seconde Troie.
Mais quand ton corps plus ferme aura pris sa vigueur,
L'homme n'enverra plus le pin navigateur
Échanger les produits d'une rive étrangère :
Tout sol produira tout ; dès ce moment la terre
Verra sans les taureaux, le fer et les humains,
Cérès donner ses blés, et Bacchus ses raisins ;
De l'art des Tyriens les laines tributaires
N'oseront plus briller de couleurs adultères ;
Et par-tout les béliers, les brebis, les agneaux,
D'or, de pourpre et d'azur, couvriront les coteaux.
Atropos, de concert avec les Destinées,
A dit : Filez, mes sœurs, ces trames fortumées.
Alors tu peux briguer les honneurs éternels,
Fils des dieux, noble enfant du roi des immortels !
Vois avec majesté se balancer le monde ,
La vaste mer, le ciel, et la voûte profonde
Tressaillir dans l'espoir d'un siècle aimé des dieux.
Oh! si je puis, vainqueur du Temps injurieux, '
Vivre assez pour chanter les exploits de ta vie,
Marcellus, ton poëte, excitera l'envie
Du fils de Calliope et du fils d'Apollon.
Oui, j'irai provoquer, fier de chanter ton nom,
Pan même, en Arcadie; et, s'il luttait de gloire,
Pan même, en Arcadie, avoûrait ma victoire.
Toi, cher enfant, des tiens commence le bonheur.
Ah ! pour la consoler de dix mois de langueur,

Fais voir, par un souris, que tu connais ta mère ;
Qu'un doux souris réponde à celui de ton père :
On ne peut partager sans son auguste aveu,
Le lit d'une déesse et la table d'un dieu.
FIRMIN DIDoT.

[merged small][ocr errors]

EN quel état me trouvé-je réduite Pour obéir à mon devoir ! Je fuis Tircis ; mais que me sert ma fuite Qu'à m'ôter seulement le plaisir de le voir ? Que me sert-il de ne le pas entendre ? Je devine tous ses discours : Et mon cœur me redit mille fois tous les jours Ce qu'une fois il m'aurait dit de tendre. Je m'imagine à tous momens L'entendre m'exprimer les plus doux sentimens ; Et peut-être, hélas ! qu'à ma honte , Quand de son entretien j'évite les appas, Je m'engage à lui tenir compte De cent mille douceurs qu'il ne me dirait pas.

[merged small][ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors]

M É L 1 B É E. TrrrRE, assis à l'ombre au pied de ce vieux hêtre, Tu modules des airs sur ta flûte champêtre : Nous, hélas! exilés de notre cher pays, Nous fuyons, nous quittons nos toits, nos prés chéris; Nous fuyons : cependant, tranquille, heureux de l'être, Ici tu fais redire aux échos attendris Le nom, le nom si doux de ton Amaryllis.

|

[ocr errors]

Ce repos, ce bonheur un dieu me le procure.
Oui, c'est un dieu pour moi : son autel, je le jure...
Du sang de mes agneaux rougira tous les mois.
Puis-je assez l'honorer ? Si, comme tu le vois, |
Mes génisses, mes bœufs errent sur la verdure,
Si ma flûte, à mon gré, s'accorde avec ma voix,
C'est à lui, Mélibée, à lui que je le dois.

[ocr errors]

Je n'en suis pas jaloux; mais ce bonheur m'étonne, Tant dans nos champs le trouble au loin nous environne !

Ces chèvres, que sans force à peine je conduis,
Je les mène en exil : à peine, hélas! je puis
Entraîner celle-ci, qui sur la roche nue,
Parmi des coudriers, a mis bas deux chevreaux,
D'un troupeau malheureux espérance perdue !
Aveugle que j'étais ! tout m'annonçait ces maux ;
Des chênes à mes yeux frappés du feu céleste,
Et du cri des corbeaux le présage funeste.
Mais quel est-il ce dieu qui t'a fait ce repos?

T I T Y R E.

Quelle était mon erreur ! je croyais, je l'avoue,
Rome à-peu-près semblable à notre humble Mantoue,
Cette ville où souvent, habitans des hameaux,
Nous portons du laitage et de tendres agneaux ;
Tels de jeunes chevreaux ressemblent à leur père,
Ou des chiens nouveaux-nés à la lice leur mère ;
C'était aux grands objets comparer les petits.
Mais, élevant som front sur le monde soumis,
Rome l'emporte autant sur le reste des villes,
Que le cyprès altier sur les roseaux débiles.
M É L 1 B É E. \
Quel motif t'amena dans ces fameux remparts?
T I T Y R E.
Ce fut la Liberté, qui, bien qu'un peu tardive,
Enfin jeta sur moi de propices regards :
Elle vit en pitié ma servitude oisive,
Du jour qu'Amaryllis, qui seule me captive ,

· Me fit de Galatée oublier les attraits.
Car, je te l'avoûrai, tant que j'en fus l'esclave,
Je n'avais pas l'espoir de briser mon entrave ;
Je laissais dans l'oubli mes plus chers intérêts ;
En vain, pour être aux dieux offerte en sacrifice,
Sortait de mes pâtis ma plus belle génisse ;
En vain pour les besoins d'une ingrate cité,
Je pressais de mon lait le nectar argenté.
Jamais, à mon retour, laitage, ni victime
Ne me chargeait la main d'un profit légitime.
M É L 1 B É E.
O belle Amaryllis! je ne m'étonne plus
Si tu formais alors tant de vœux superflus ;
Pourquoi de tes fruits mûrs ton oisive tritesse
Laissait sur les rameaux dépérir la richesse.
Tityre était absent; bois, fontaines, vergers,
Redemandaient Tityre, honneur de nos bergers.

[ocr errors]

Eh! que faire autrement pour sortir d'esclavage ?
Rome fut mon recours : je ne pouvais ailleurs
Trouver des dieux plus doux, et des destins meilleurs.
Là, j'ai vu ce héros qui reçoit mon hommage,
Ce jeune dieu pour qui, de mon plus pur encens,
Les autels fumeront douze fois tous les ans.
Allez, comme autrefois, dit-il, vivez tranquilles :
Gardez vos bœufs , domptez vos taureauxindociles.

« PrécédentContinuer »