Recherche Images Maps Play YouTube Actualités Gmail Drive Plus »
Connexion
Livres Livres
" L'un gisait au maillot, l'autre dans le berceau; Ma femme, en les baisant, dévidait son fuseau. Le temps s'y ménageait comme chose sacrée; Jamais l'oisiveté n'avait chez moi d'entrée. Aussi les dieux alors bénissaient ma maison; Toutes sortes de... "
Nouvelle encyclopédie poétique: ou, Choix de poésies dans tous les genres - Page 213
publié par - 1819
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Petite encyclopédie poétique; ou, Choix de poésies dans tous les ..., Volume 12

1805
...comme chose sacrée; Jamais l'oisiveté n'avait chez moi d'eutrée: ALISM les dieux alors benissaient ma maison ; Toutes sortes de biens me venaient à foison. Mais, hélas ! ce bonheur fut de peu durée! Aussitot que ma femme eut sa vie expirée, Tous mes pelits eufans la suivirent de près, Et...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Revue universelle, bibliothèque de l'homme du monde et de l'homme ..., Volume 6

...: L'un gisait au maillot, l'autre dans le berceau; Ma femme, en les baisant , dévidait son fuseau. Le temps s'y ménageait comme chose sacrée, Jamais...vie expirée, Tous mes petits enfans la suivirent de prés, Et moi je restai seul, accablé de regrets.... Nous n'avons pas, dans notre langue, de morceau...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Œuvres complètes, Volume 1

Antoine de Latour - 1857
...sortes de biens me venoient à foison. Mais , hélas! ce bonheur fut de peu de durée : Aussi-tost que ma femme eut sa vie expirée, Tous mes petits enfans la suivirent de près, Et moy je restay seul accablé de regrets, De mesme qu'un vieux tronc, relique de l'orage, aui se voit...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Histoire de la littérature française depuis le xvie siècle. Poëtes ..., Volume 4

Frédéric Eugène Godefroy - 1867
...bénissoient ma maison ; Toutes sortes de biens me venoient à foison. Mais, hélas ! ce bonheur fut de courte durée : Aussitôt que ma femme eut sa vie expirée, Tous mes petits enfants la suivirent de près ; Et moi, je restai seul accablé de regrets, De môme qu'un vieux tronc,...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Histoire de la poésie, mise en rapport avec la civilisation en France ...

Ferdinand Loise - 1887 - 544 pages
...fuseau. Jamais l'oisiveté n'avait chez moi d'entrée, Le temps s'y ménageait comme chose sacrée : Aussi les dieux alors bénissaient ma maison ; Toutes sortes de biens me venaient à foison. Et ces vers qu'il met dans la bouche du vieil Alidor : A cesjvieux bâtiments de qui l'on voit à peine...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Causeries sur la langue française

Mme. Isabelle Krafft-Bucaille - 1890
...: L'un gisait au maillot, l'autre dans le berceau; Ma femme, en les baisant, dévidait son fuseau; Le temps s'y ménageait comme chose sacrée; Jamais...venaient à foison. Mais, hélas ! ce bonheur fut de courte durée. Aussitôt que ma femme eût sa vie expirée Tous mes petits enfants la suivirent de...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Morceaux choisis des classiques français du XVIIe siècle (prosateurs et ...

Napoléon Maurice Bernardin - 1891 - 380 pages
...: L'un gisait au maillot, l'autre dans le berceau]; Ma femme, en les baisant, dévidait son fuseau. Le temps s'y ménageait comme chose sacrée; Jamais...que ma femme eut sa vie expirée, Tous mes petits enfants la suivirent de près, Et moi je restai seul, accablé de regrets, De même qu'un vieux tronc,...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Racan (1589-1670): histoire anecdotique et critique de sa vie et de ses œuvres

Louis Arnould - 1896 - 772 pages
...l'oisiveté n'entrait dedans ma chambre. Aussi les dieux alors bénissaient ma maison; toutes sortes dé biens me venaient à foison. Mais, hélas! ce bonheur...durée : aussitôt que ma femme eut sa vie expirée, 2330 tous mes petits enfants la suivirent de près, et moi je restai seul accablé de regrets, de même...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Revue des cours et conférences, Volume 2

1901
...place. L'un gisait au maillot, l'autre dans le berceau ; I Ma femme en les baisant dévidait son fuseau. Le temps s'y ménageait comme chose sacrée ; Jamais...venaient à foison. Mais hélas ! ce bonheur fut de courte durée : Aussitôt que ma femme eut sa vie expirée, Tous mes petits enfants la suivirent de...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre

Seventeenth Century French Readings

Albert Schinz, Helen Maxwell King - 1915 - 382 pages
...d'entrée. Aussi les dieux alors bénissaient ma maison; Toutes sortes de biens me venaient à foison. 15 Mais, hélas! ce bonheur fut de peu de durée: Aussitôt...que ma femme eut sa vie expirée, Tous mes petits enfants la suivirent de près, Et moi je restai seul, accablé de regrets, De même qu'un vieux tronc,...
Affichage du livre entier - À propos de ce livre




  1. Ma bibliothèque
  2. Aide
  3. Recherche Avancée de Livres
  4. Télécharger le PDF