Notes sur les vignes americaines et opuscules divers sur le meme sujet Ser. I-III.

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 21 - La chaux me semble donc jouer un triple rôle dans le mélange. Au moment de l'aspersion, elle agit comme un mordant énergique qui fixe la goutte préservatrice sur la feuille et détermine son adhérence intime. Pendant quelques jours, elle est capable de tuer les conidies et les zoospores par sa causticité. Enfin, lorsqu'elle s'est transformée en carbonate , elle sert à la préservation de la provision d'oxyde de cuivre.
Page 20 - ... cuprocalcique disséminées sur les feuilles fonctionnent donc comme de véritables réservoirs d'oxyde de cuivre, lesquels pendant des semaines et des mois conservent ce dernier, sous la protection de leur croûte calcaire, et fournissent à l'eau de la rosée...
Page 20 - Les goutelettes du mélanges cuprocalcique disséminées sur les feuilles fonctionnent donc comme de véritables réservoirs d'oxyde de cuivre, lesquels pendant des semaines et des mois conservent ce dernier, sous la protection de leur croûte calcaire, et fournissent à l'eau de...
Page 20 - C'est sous la forme de granulations amorphes qu'on l'y découvre au microscope, lesquelles sont d'abord englobées par la chaux et le sulfate de chaux, et plus tard protégées par une croûte solide et peu soluble de carbonate calcaire. Or, il résulte des recherches de M. Gayon que cet oxyde est dissous lentement mais intégralement par l'eau tenant en solution du carbonate d'ammoniaque, à la température de 15° C.
Page 19 - Dans les mêmes conditions, il faudrait ,00'i,00 de fer sous forme de sulfate et i0J.og de chaux; c'est dire que les sels de fer, bien qu'ils soient très actifs, le sont près de cent fois moins que ceux de cuivre, et que la chaux l'est dix fois moins que le fer. Des traces de cuivre dans une eau peuvent donc s'opposer à la multiplication du Mildiou ; tel est le cas qui s'est présenté à Millardet au commencement de ses recherches : il ne put réussir à faire germer les conidies dans l'eau de...
Page 18 - Mais si l'on emploie des solutions très étendues de chaux, de sulfate de fer ou de cuivre on constate que les conidies et les zoospores qu'elles engendrent sont, à l'égard de ces solutions, d'une sensibilité vraiment prodigieuse. Si la solution est un peu trop concentrée pour le développement des conidies, cellesci n'émettent pas de zoospores et meurent sans éprouver de changements notables. Si la liqueur est un peu moins concentrée, quelques zoospores se forment, mais...
Page 18 - Si la liqueur est un peu moins concentrée, quelques zoospores se forment, mais, au contact du liquide, au lieu de se mouvoir rapidement, elles se traînent lentement, s'arrêtent bientôt sans germer et ne tardent pas à périr. Si, suivant une autre marche, on sème des conidies dans un volume connu d'eau distillée auquel on ajoute, une fois les zoospores en mouvement, des doses croissantes d'une solution titrée de chaux, de sulfate de fer ou de cuivre, il arrive un moment où les zoospores s'arrêtent...
Page 7 - Dans 100 litres d'eau quelconque (de puits, de pluie ou de rivière) on fait dissoudre 8 kilos de sulfate de cuivre du commerce. D'un autre côté, on fait, avec 30 litres d'eau et 15 kilos de chaux grasse en pierres, un lait de chaux que l'on mélange à la solution de sulfate de cuivre. Il se forme une bouillie bleuâtre.
Page 20 - La chaux, suivant ce savant, semble donc jouer un triple rôle dans le mélange. Au moment de l'aspersion, elle agit comme un mordant énergique qui fixe la goutte préservatrice sur la feuille et détermine son adhérence intime. Pendant quelques jours elle est capable de tuer les spores. Enfin, lorsqu'elle s'est transformée en carbonate, elle sert à la préservation de la provision d'oxyde de cuivre.
Page 3 - Pourridié de Lavardac. Aujourd'hui les deux souches mises en terre, soit au jardin, soit dans un vase, n'ont rien produit de particulier. Il n'en est pas de même de la première souche placée à l'orangerie, dans le vase fermé, où régnait une température plus douce et une humidité constante. Après être restée sans changements pendant près d'une année, j'ai vu se produire à sa surface des filaments rhizomorphiques d'une très grande longueur et d'une...

Informations bibliographiques