Les chevaux du Sahara et les moeurs du désert

Couverture
M. Lévy frères, 1858 - 438 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

III
29
IV
33
V
48
VI
64
VII
81
VIII
106
IX
119
X
128
XXXII
251
XXXIII
255
XXXIV
262
XXXV
278
XXXVI
283
XXXVII
312
XXXVIII
323
XXXIX
345

XI
137
XII
146
XIII
158
XIV
166
XV
174
XVI
178
XVII
181
XVIII
186
XIX
188
XX
190
XXI
192
XXII
195
XXIII
197
XXIV
200
XXV
203
XXVI
206
XXVII
209
XXVIII
231
XXIX
237
XXXI
244
XL
351
XLI
368
XLII
396
XLIII
401
XLIV
412
XLV
3
XLVII
18
XLVIII
32
XLIX
48
L
67
LI
79
LII
104
LIII
117
LV
134
LVII
152
LVIII
167
LIX
181
LXI
222
LXII
238
LXIII
263

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 394 - Et qui condamnes l'amour du Bédouin Pour ses horizons sans limites, Est-ce la légèreté que tu reproches à nos tentes ? N'as-tu d'éloges que pour des maisons de pierre et de boue? Si tu savais les secrets du désert...
Page 398 - Rien que son amour pour la gloire, et sa libéralité qui ne connaît pas de mesure. Sous la tente, le feu de l'hospitalité luit pour le voyageur ; II y trouve, quel qu'il soit, contre la faim et le froid, un remède assuré.
Page 122 - On fait boire deux fois par jour, le matin de bonne heure et le soir après le coucher du soleil, l'expérience ayant démontré qu'à ces heures l'eau était plus saine et plus fraîche.
Page 35 - OuladSidi-Chikh des chevaux de son pays ; et, comme j'affectais de révoquer en doute les opinions qu'il avait émises : — Vous ne pouvez comprendre cela, vous autres chrétiens, me dit-il en se levant brusquement, les chevaux sont nos richesses, nos joies, notre vie, notre religion. Le prophète n'at-il pas dit: « Les biens de ce monde, jusqu'au jour du jugement dernier, seront pendus aux crins qui sont entre les yeux de vos chevaux.
Page 310 - ... de Cheval et de laine exubérante; un cavalier porteur de ce Pigeon va se promener dans les lieux déserts, et le lance en l'air quand il a vu un oiseau de race; puis il va se cacher. Le Faucon se précipite sur le Pigeon; mais ses serres s'embarrassent dans le filet; il ne peut ni les retirer ni s'envoler, et on s'en empare. Quand le Faucon se voit pris, il ne donne aucun signe de colère ni de crainte. Il existe au désert un proverbe qu'on répète dans le malheur : « Thaïr-el-Hoor ila hasnel...
Page 54 - Ne serait-elle pas obligée d'appeler l'étranger à son secours et d'ouvrir ainsi la porte aux Américains et à l'esclavage? Je ne sais si je me trompe, mais il me semble que, de la part de Soulouque c'est preuve d'un grand, bon sens d'avoir compris que c'était seulement avec les noirs qu'il pouvait fonder un Etat qui offrit quelque chance de durée.
Page 315 - ... et lui remettant son capuchon; mais ce n'est pas sans difficultés, sans de grands débats que l'oiseau se fait au spectacle extérieur; néanmoins il s'y accoutume à la longue. A cette époque, on complète l'apprivoisement de l'oiseau de race, c'est-à-dire qu'avec les mêmes appels, les mêmes alternatives, mais loin de la tente et du douar, sans capuchon ni lien, on lui donne la nourriture. Aussitôt qu'il est repu, on lui remet les entraves et le capuchon. Alors son maître le conduit partout...
Page 313 - ... de cheval et de laine exubérante ; un cavalier porteur de ce pigeon va se promener dans les lieux déserts, et le lance en l'air quand il a vu un oiseau de race ; puis il va se cacher. Le faucon se précipite sur le pigeon, mais ses serres s'embarrassent dans le filet; il ne peut, ni les retirer, ni s'envoler, et on s'en empare. Quand le faucon se voit pris, il ne donne aucun signe de colère, ni de crainte. Il existe au désert un proverbe qu'on répète dans le malheur...
Page 56 - ... pour les faire travailler qu'il les enrôle. Quand un homme a atteint l'âge fixé par la loi, on l'incorpore au régiment qui tient garnison dans sa province et on l'envoie, au son du tambour, récolter le café ou couper l'acajou. Dans un pays où l'homme ignore les besoins matériels , où non-seulement sans bourse délier, mais sans se donner la moindre peine, on sait pourvoir à tout, il est à craindre que le nègre ne retourne bien vite à la vie sauvage, s'il n'est contraint au travail...
Page 39 - ... leur sagesse, leur expérience et leur hospitalité , il vous répondra : « Sidi-Aomar, le compagnon du Prophète, a dit: « Aimez les chevaux, soignez-les, ils méritent « votre tendresse; traitez-les comme vos enfants, « et nourrissez-les comme des amis de la famille ,

Informations bibliographiques