Images de page
PDF

Couronne Royale il y avoit plus d'une. aigrette semblable , 8c si encore elle portoit ce rubis , que du commandement exprés du feu Roy lŒ-Zunuque garde du tresor me montra en Mazgnderan , qui dans sa forme Ovale pese (à ce que disoit cet Eunuque) cent soixante carats, les clóaínerséjrée 8cle po1'gnard estans enrichis à proportion. Ces trois pieces pouvoient assez tost arriver à cette valeur de cent mille Tamans: Avec tout cela , pour en dire sincerement mon avis , je n'ay jamais jugé qu'elles y montassent à un quart prés.

L'on mit ces trois pieces au.. prés du Tabouret , 8c on les cou. vrit d'une riche toilette. Sa Ma_ jesté parut sortant du bain , 8c re_ vestuë de ses habits ordinaires, mais les plus precieux qu'elle eust accoûtumé de porter. A prés que ce Prince fust .entré il s'aslît en la place qu'on luy avoit preparée,

[graphic]

ss 8c en mesme temps ceux qui es

roient destinez pour assister au Couronnement monterent au Talaar , 8c se rangerent en cet ordre.

Au costé droit de sa Majesté, 8c quelque peu derriere estoit ?Eunuque Aga Nazjr, qui faisoit en cette ceremonie l'office de .Me/ner , ou grand Chambellan , ayant pour cet effet à sa ceinture une petite cassette d'or brillante de pierreries, où se gardent quantite de mouchoirs &de senteurs, pour en servir sa Majesté quand elle en desire. j

Un peu plus derriere encore paroissoient six enfans Georgiens de l'âge de quinze àseize ans, qui

avoient esté faits Eunuques , 8C

qui estoient d'une beauté merveilleuse, comme sont presque tous les jeunes gar ons de ce pays-là. Ils estoient p acez de sorte , qu'ils formoient comme une

demie couronne a l'entour du

Roy , se tenans debout sans re.müer les mains , qu'ils tenoient croisées sur l'estomac : ils portoient des vestes lnagnifiques- de toile à fonds d'argent rehaussé d'or. En pareille disposition 8c dans une distance auffi éloignée des enfans,que celle des enfans Pestoit du Prince , se montroit nombre de vieux Eunuques noirs

tenans chacun un fusil àla main,

dontle fust estoit garny d'or 8c de menuës pierreries. —

Au costé gauche du Roy, qu'on estime chez lesPerses le plus ho_ notable , pour les raisons que j'ay rapportées enun autre ouvrage, estoit affis premieremsent le Député qui reprefentoit Maham_ med mehdi premier Ministre : auprés de celuy-cy le second Député de Gemc/oid-kaan Géneral d'un des corps d'armée .- au tsOÎ_ siéme lieu l'Envoyé pour tenir la place de Malasoud-Bek Surinten. dant général du Domaine du

Roy: au dessous, le quatriéme Député au nom de Mir- :(51 Set-dnael-din grand 8c premier Secretaire de l'Empire:Hemz-reh Ham,zeb Mir-get Danger, ou Grand Prevost Œjffinhæm 8c ses dépendances , tenoit la cinquiéme place: MIT-gg! Resié estimé un des plus sçavans entre les Perses , tenoit le sixiéme.

Au costé droit de sa Majesté à la seconde place ( car la premiere demeuroit vuide , pour ho. norer Bonduuk- Sultan Géneral des Mousquetaires, qui estoit la. present, mais debout proche du Prince) l'on voyoit assis le Dé. puté de Mót/Mzmmed-/aonlzsikdun souverain Chef de la justice. Au dessous de luy deux places se gardoient vuides pour le grand

. Astrologue 8c son. Collegue, qui

estoient à observer l'heure favo

rable. La cinquiéme place estoit

remplie par le plus docte8: le

plus habile homme qu'il y ait en , L iiij

ce grand Royaume au jugement de' tous , frere du premier Ministre , 8c grandcncle du nouveau Monarque de par sa femme; il se nomme Mir-za Haljr-riza , 8c on le qualifie Cheík-el-lflaam, Cest à dire, Ancien de la Loy .- car par I/Iaam , qui signifie proprement la déference que nous rendons aux mandemens divins, en y assujettissant nostre esprit 8c nostre volonté, ils entendent la Religion , qu'ils appellent la Loy par excellence. Aujourd'huy chez les Perses, commeautrefois chez les Hebreux, c'est de la Religion que dépend toute la Politique; 8c c'est l'Ancien de la Loy qui donne le branle aux affaires , qu'on ne peut déterminer sans son approbation. A la sixiéme place estoit Mir-za moumen, Vagier, ou Intendant Receveur géneral de sa Majesté en Ishahan 8c ses dépendances.

je n'ay point oüy dire que

[graphic]
« PrécédentContinuer »