Images de page
PDF

cens Quintaux. Le Chef des Armeniens fit response que dans tout le Bourg , il n'y en- avoit pas. tant, 8c que. d'en faire venir

d'ailleurs , il nîy avoit point d'ap?rence , puisque avec les frais e

voiture , elle leurreviendroit àun Abbaflîs.; 8( un quart chaque poids d'0nze livres trois quarts , &c que neanmoins le Roy entendoit qu'on- ne vendist ce poids qu'un Abbaffis seulement.. En quoy il yauroit la cinquiéme

partie deperte pour eux. Ce

Compte estoitjuste, &le Gene

raliffime le sçavoit bien , 8c qu'ils

perdroient du moins dix mille livres., sur ce qu-'il leur faisoit demander de farines, Cest. auffl ce qnïil. pretendoit, il voulust que cette somme. - qu'ils avoient resusrí de. luy prester,.leur— tournafl: en— pure perte. Ce Seigneur là dessus ne.. se .content-ant pas de lleurs raisons, leur envoye' dire. qu'ils eussiint à. fournir ce nom

bre de farine, qui leur avoit esté ordonné , que leur habitation estoit des despendances dispaban , 8c qu'ils estoient obliger aussi bien que l'es autres de secourir la Capitalle dans la necessité où elle se trouvoit. Que c'estoit un ordre exprés de là Majest-é , les Arméniens quoy qu'on leur pust dire , ils n'en voulurent rien faire. Ils souste

noient qu'ils n'est-oient point

obligez- à cette surcharge , que

par le traitté qu'ils avoient fait:

avec le Roy , ils estoientexempts de tous imposts 8c de tous nouveaux Droits en payant à sa Ma

jesté chaque aimée quatre cens Tomans, qui sont environ vingtmille livres, ik que quand mesmeil y auroit une veritable famine dans la Ville (- ce qui n'estoit-pasDieu mercy)l'on n'auroit- pas lieu de rien-exiger d-'eux au dessus de.

cette somme;

Llsavoient raison5 mais lesiuif:

Aa iij

partie avoit la force. Il estoit re-'

-solu de les pousser à-bout, &ne

traitoit pas moins que de faire arrester prisonniers les principaux d'entre eux. Comme ils en eurent receu avis, ils envoyerent toutes leurs femmes au nombre. de plus de trois cens à la porte du Haran ou du Palais des femmes, pour attendre là le Roy 8c luy demander justice, Elles prirent le temps que sa Majesté y estoit , 8c elles se rangerent devant la porte con. tre les murailles. Il faut remarquer que c'est en ce lieu Où ceux qui veulent demander justice ou obtenir quelque grace , le vien.. nent faire 5 8c que les gardes n'oseroient sous peine de la vie empescher personne de s'y presenter 8c d'implorer à haute voix la

justice du Prince. Elles menerent

un si grand bruit, qu'on Pentendit jusques au dedans du Palais5 8c sa Majesté en ayant sceu la cau

se, leur envoya commandement

de se retirer , 8c qu'on donneroit ordre à leur affaire.

Le Generalissime ne laissa pas de presser ces Arméniens 8c de les menacer de prison , à quoy ils ne trouverent point d'autre remede que de renvoyer les jours suivans pour une seconde fois leurs fem

'mes auPalais 8c au mesme en

droit. Ces femmes commencerent à y faire le mesme bruit que les premiers jours5 8c entendant dire que sa Majesté alloit sortir par la porte du Palais qui donne dans l'allée Royale,elles coururent en foule de ce costé-là, avec tant &emportement qu'une troupe d'elles vint jusques à toucher au cheval du Roy. Les Saphir 8c

ss valets de pied qui marchent de.

vant 8c alentour, leur criant hyeri, c'est à dire gar”, les écarterent à-peine. Car ces femmes enragées commencerent à leur jetter des

pierres, 8c une d'entre elles eut ien laudace de mettre .la main.

2'80 LÉ C o'u n O'.N N- E ME N1" sur la bride du cheval du Roy; Sa Majesté déja bien étonnée de ee tumulte ,. le fut encore davan_ tage de cette action. Pour sa jeu. nesse 8c sont peu d'experience,il ne sçavoit comment il en devoit user: il ne faisoit seulement que dire qu'on les chassast, qu'elles s'en allassent, 8c qu'il. leur rendroit just-ice..Avec tout cela il eut assez' de peine aise débarrasser de. ces démoniaques.

En mesme temps les Armeniens avoient fait presenter d'unÎ

autre costé par un-Eunuque àla.

Mere du Roy, une requeste comme estant sous sa protection', parce que leur bourg estiune des places qui. luy est affisignée-pour sonappanage. Cette-Princesse la receut , 8c promit de faire Office pour eux... En effet, dés que le

M onarqiie son fils fut. rentré chezelle ,.elle le suppliaï de vouloir re

mettre à ces- pauvres Armeniens

.cette surcharge, v.e.u. que par les.

concessions

« PrécédentContinuer »