Images de page
PDF

qu'il avoit déclaré ne se trouvoit pas 5 le General se resolut de s'en éclaircir. Il envoye deux cavaliers aprés la caravane, 8c leur met entre les mains un commandement

-du Roy pour se saisir de ces por.

teurs de lettres 8c de portraits. Ces deux cavaliers au bout d'un mois atteignirent la caravane5 8C ayant reconnu les Dervic/Îs aux enseignes que l'Esclave en avoit données, les ramenerent prisonniers à Ispahan.

Lors qu'ils furent presentez au General d'armée , il leur confronta l'Esclave, 8c l'interrogea s'il connoissoit ces pauvres gens 8c si c'estoient là ces porteurs de lettres 8c de portraits. Il asseura que c'estoient eux , 8c commença. à les presser de telle sorte qu'il les fit chanceller en leurs répond. ses. Là-dessus ce Seigneur fait foüiller leurs habits , 8c découdre tous leurs haillons, où. l'on trou_ ve comme l'Esclave l'avoit de

claré,

claré , les portraits 8c les lettres cousuës en divers endroits. Le tout porté au Roy, sa Majesté ayant veu le contenu des lettres tel que nous l'avons rapporté, se mit si fort en colere que de rage elle vouloit faire tuer une artie des Multant' Indiens, 8c c asser l'autre de ses Estats , quoy qu'ils soient au nombre de plus de vingt mille. Le Generaliffime 8c le premier Ministre essayerent de Pappaiser, 8c luy remontrerent qu'il ne falloit punir que les coupables : cependant on ne les découvroit point , 8c les Dervichs

quelques tourmens qu'on leur fist

souffrir 8c quelque torture qu'on leur appliquast n'en déclaroient rien. Ils disoient toûjours qu'ils ne les connoissoient point, qu'ils ne sçavoient point leur nom , 8c qu'ils n'avoient jamais esté chez eux5 qu'ils avoient receu ce. qu'on

avoit trouvé dans leurs hard-cs

chez le Peintre, 8c que les Indiens C c

qui le' leur avoient apporté, ne leur avoient jamais dit leur nom ni leur logis. ' Comme les lettres ne les nommoient point non plus , ce Sei

gneur ne sçavoit par où: se pren“dre pour en connoistre quelque 'cholez il avoit fait arrester les

principaux au nombre de plus de deux cens5 mais au bout dequi-n— ze jours on les relascha, à la re. serve de trois qui payerent pour les coîupables : du moins si ce .n'estoient pas eux qui le fussent, (car cela n'a jamais esté bien ave.

-ré, &c l'on n'en avoit que des in. dices assez foibles ) a cause de

cette incertitude on se' contenta

'de la confiscation de partie de

leurs biens tels qu'on les put dé

sicouvrir, qui se trouverent mon

ter à de grandes sommes, def.

. -quelles toutefois par pitié l'on ne prit que huit mille Tomans, qui

sont quatre cens mille livres5 8c le reste leur fut laissé sur ce qu'ils

remontroient que ce qui parois.

,, soit estre à eux , appartenoit a des Marchands qui demeuroient aux Indes. Pour les trois porteurs .de lettres ô: de portraits , aussibien que le Peintre ,ils receurént des coups de baston en grand nombre5 8c l'on ne. les relascha point que quand les pieds leur furent devenus aussi gros que la ete-ste a force de bâtonnades. <' En ce tempsJà Chadzavaza Kaan Prince Gouverneur de Georgie envoya son fils à la Cour de Perse pour prier le Roy de luy donner la chargé de Daroga ou Grand-Prevost dYsha/zan qui luy appartenoit suivant- les conventions passées entre les Rois de Perse 8c les Princes de Georgie, Sa Majesté eut assez de peine à luy accorder sa demande, parce que cette place estoit remplie: néanmoins les Ministres recomnoissans combien sa prétention estoit juste, en parl-erent au Roy Îæibïlllflssæè C c 1j

[graphic]

de si bonne sorte , qu'enfin il l'en investit, ordonnant à Kelk-Halj/Bek de s'en défaire , qu'on recompensa d'un autre em ploy aussi

-considerable

Pour entendre cecy, il faut remarquer que lors que Ie grand Hub-M se rendit maistre de la

Georgie, (ce qu'il fit autant par'

adresse que par force ) par les leurres dont il attrapa ce pauvre TemnrdçKdan qui en fut le dernier Roy,il luy proposa de grands avantages , pourvcu qu'il voulust se soûmettre à son empire 8c re_ connoistre sa domination : 8c en. tre- autres , que la charge de Grand-—Prevost dTshu/Mm appartiendroit à l'avenir à un des enfans du Prince de Georgie: 8c que ce droit seroit transmis à ses descendans à peppetuité. On luy a tenu parole ju ques :î maintenant, 8( le fils du Prince de Georgie exerce toûjours cette charge. Une troisieme place fut enco.

« PrécédentContinuer »