Images de page
PDF

Cela se passait dans le Conseil lors qu'à la Cour se negocioit la retraitte de Boudak Sultaan General des Mousquetaires. Ce Seigneur avoit aussi bien que les autres dont nous avons parlé dans le temps de sa faveur abusé de son pouvoir par où il s'estoit acquis beaucoup d'ennemis dont le nomñ. bre augmentoit tous ses jours. On commençoit à former des plain— tes contre luy, son authorité diminuoit peu à peu, &l'affection du Prince envers luy se refroidis_ soit. Cela ln-y fit aprehender un pareil traittement qu'avoir receu Genie/aid -.,éaan Gouverneur de Kandaiar, il ne voulut point pousseries choses à l'extrémité côme avoit fait ce Seigneur5 mais avant que le mal fust plus grand il son_ gea à se retirer doucement 8c sans tumulte pour se clescharger de l'envie que l'éclat de sa fortune attiroit sur luy. .

Le principal sujet qui luy fit

P P

perdre les bonnes graces de son Maistre fut celuy-cy. .A l'Orient dV/paham , 8c assez proche de son territoire est la Province de Lourestoon que l'on tient estre une partie de l'ancienne Parthe , elle s'é_ tend du costé de l'Arabie tirant vers Bam-a. Les peuples qui l'ha_ bitent negligent de bastir des vil_ les 8c n'ont point de demeure arrestée ,ils demeurent la pluspart sous des tentes nourrissans des .troupeaux de bestes à laine 8c a corne dont ils ont une infinité. Ces peuples sont gouvernez par un Kaan qui est mis dela part du Roy de Perse , mais qui est pris d'entr'eux , 8c presque toujours d'une mesme race, le fils succedant au pere 5 si bien qu'il leur reste encore quelque ombre de liberté ,ils ne laissent pas toutefois de payer les tributs 8c les de_ cimes. Cette Province fournit de bestail à Iffia/Jan 8c ses environs 5 ce qui fait que le Gouver:

ï

neur de ces peuples y est en con. fideration. Soleïmaan troisiéme àson avenement àla Couronne, commanda au General des Mous. quetaires d'envoyer des bahits Royaux , 8c des Patentes à tous les Gouverneurs. Le General des Mousquetaires avoit eü quelque démeflé avec celuy.cy qui' s'appelle Lour-Manouc/aer. kaan5 c'est pourquoy il negligea de luy ren_ dre cét honneur, 8c ne luy envoya sile present du Roy que six mois aprés. Ce Seigneur porta impatiemment ce mépris5 8c comme

.il se douta bien d'où cela venoit,

de dépit il mit en pieces l'habit qu'on luy présenta , en disant , je n'ay que faire ny de cét habit , ny de ces Patentes que le General des Mousquetaires Roy de Perse nfenvoye.

Sa Majesté n'en sçeut rien d'abord, on luy cacha la chose de' Peur qu'en mefine temps elle n'en apprist le sujet , mais ce Princes

i Pp ii

Gouverneur le fit sçavoir luy-mesme, car à quelque temps de la il demanda permission de venirà Isia Cour , 8c de baiser les pieds du Roy ,ce qui luy fut accordé : Il salüa sa Majesté , luy fait son present qui estoit tres-magnifique, &se plaint ensuite que le General des Mousquetaires ayant par son ordre envoyé des habits royaux à tous les Grands de la Perse , jus. qu'aux moindres Officiers, il l'avoit laissé là sept ou huit mois , 8C qu'ensin à toute peine il luy avoit envoyé seulement par un de ces gens.

Le Roy le trouva fort mauvais 8c tesmoigna au General des Mousquetaires que sa maniere d'agir en cela ne luy plaisoic

oint. Sa Majesté neanmoins ne e voulut pas perdre tout à fait, elle le consideroit à cause qu'il l'avoit mis sur le Throsne. Elle Pespargnoit de mesme que ces predecesseurs en avoiët toûjours. usé en vers ceux qui leur avoient esté envoyez' pour un mesine su_

jet, ils ne les ont jamais fait mou..

rir quelque faute qu'ils ayent commise ,ils se sont contentez de

les disgracier seulement. Celuy-cy se trouvoit à Ia Cour presque en cette posture 5 mais comme il apprehendoit de ne s'y pouvoir pas tenir long-temps de asorte. La mort d'un de ses parens ,ou du moins qu'il disoit tel luy presenta une belle occasion de s'en retirer honnestement. Ce pretendu parent se nommoitAbdul-Bek , grand Portier du H aram ou Palais des femmes. Le General dés qu'ilsçeut sa mort pre.. senta une Requeste au Roy, dans laquelle il remontroit que cét Aldul-Bek estoit son parent ,. que cét Office qu'il avoit exercé de grand' Portier du Palais des flemme: estoit de tout temps en leur samille comme hereditaire 5 Sur. .quoy luy considerant que le def

P p iij

« PrécédentContinuer »