Images de page
PDF

fix ans, elle. n'avoir jamais oüy dire qu'il fust malade, 8c beaucoup moins se pouvoir-elle dou. ter qu'il fust mort.

Wand donc elle apprit qu'un Grand envoyé du haut Ordre avoit à parler necessairement au Prince, quelle pensée alors luy pouvoit veniren l'esprit, sinon que cet Envoyé venoit de la part &Haba-s II. que son ordre estoit de tuer ou &arracher les yeux à ce cher fils: que si l'on le pres. soit si fort de sortir , ce isestoit seulement quqpour entendre 3c pour subir cet ordre-là: Toutes les apparences confirmoient ce triste soupçon : la rigueur du Mo-. narqueluy estoit connuë , auffibien que le dégoust qu'il avoit eu contre ce fils aisne, dont il avoit donné des preuves publiques par cette captivité si étroite Où il Pavoit reduit :mais ce qui latravailloit le plus 8c augmentoit .ses

' défiances , estoit la Duchesse

Hjj

Mere de Hamffl-h Mir-za. (Test

sans doute cette méchante , di_

foit.elle , qui par ses caresses 8c ses appas suborneurs a porté le Roy a Oster la Couronne à mon fils , pour la faire tomber sur la. teste du sien. Là dessus elle commença à redoubler ses cris &ses plaintes, en telle sorte que tou-t le Palais des femmes en fut remply. Toutes ces Dames surprises de l'angoisse où se trouvoit la premiere des femmes legitimes du Roy,accoururent auprés d'el_ 'le pour mefler leurs larmes &c leurs plaintes avec les siennes. .Aussi en avoient-elles beaucoup de sujet , principalement les confidentes du jeune Prince , qui a_ voient une paffion extraordinaire

our ses interests : l'amitié dans les autres produisoit un effet presque semblable dans la creance qu'elles avoient qu'on leur venoit ravir dans un âge encore si tendre cet agreable Prince. L'on

asseure que ces personnes deso. léesfaisoient tant de pitié, qu'en. core que pour l'ordinaire les Eu.nuques noirs ayent l'ame dure 8c sans misericorde ,. celuy qui estoit

present ne se pût empescher de

jetter quelques l-armes,& de quitter l'indifference à quoy sa com, mifiionlbbli eoit.

Le Génera des Mousquetaires, 8c ÏEnnnqnE Vqyant Gouverneur., entendi-rent ces cris ;ils se doute. rent bien delerreur où estoient la mere 8c l-es femmes du Prince. C'ei’t pourquoy ils dépescherent un secondEunuque noir asseurer la Princesse, que l'Envoyé qui at. tendoit le Prince son fils àla orte ne luy apportoit que d' eureuses nouvelles , 6c ne le deman-doit que pour luy annoncer une meilleure fortune : ce qu'ils con\firmoient par un serment tressolennel entr 'eux , qui est par Ia teste du hdflf Agréo,par qui ils entendent Haÿr, celuy qu'ils disent

estre le veritable successeur de Mahammea'. Mais tous ces sermens 8c toutes ces protestations ne servaient qu'à augmenter les défiances de cette Mere affligée. Elle redoubla ses plaintes plus fort qu'auparavant : Elle serra. de ses bras ce cher fils plus étroittement , 8c dans sestransports tantost elle faísoit mille imprecations contre' le feu. Roy son mary , l'appellant barbare, ínsideÃ/e , homme sans religion , é* la funeste caufi- de toutes ses larmes 3' en quo-y elle disoit vray , bien q.u'il n'en susi: qu'une cause fort innocente» Tantofl: elle se tournoit contre PEnvoyé, l'appellant c/zten ,pon teur de mort : tantost contre les Eunuques là presens , les char_ geant ciîinjures- comme des trais_ tres.

Lejeune Prince cependant de; mcuroit immobile. L'on asseure qu'il ne dit pas un mot5 qu'ilne .jetta aucunes larmes , 8c qu'il ne

montra sur' son visage aucun au. tre signe de douleur. Il y a apparence- que la sienne ,. pour estre extreme, Paccabla de telle sorte qu—-'elle le rendoit immobile : la

nature qui ne trouvoit point de

marques assez fortes pour exprimer Peffroyable peine qu'il res-sentoit , demeura comme inter.-. dite, ne sçachant quel party pren.; dre, Ce 'jeune Prince ne versa point de pl'eurs , parce que le sujet qu'il avoit d'en verser estoit trop grand. De cette sorte il de; meura' parmy l'es gemissemens de ces femmesz qui le retenoient8e le tiroient auprés d'elles, en renvironnant comme si elles eussent voulu le mettre a couvert , 8c em. pescher ceux qui le voudrooient enlever , d'approcher de luyss. Cela avoit duré plus de trois quarts d'heure E, car d'autres Eunuques noirs que l'on y avoitenvoyez l'un sur l'autre assûrer avec des scrmens 8c de nouvelles imz î

I

« PrécédentContinuer »