Images de page
PDF

sonnes y sont fort saines; elles y ont le teint beau , 6c

les corps de l'un &de l'autre si sexe y ont forts 6c robustes, . . _

bien proportionnez, &bien fais.

si Il y a tant de rapport entre la disposition des esprits , 8c celle des lieux, que 'la Perse étant disposée de la sorte , il est aisé de juger quele na_ turel des hommes y doit estre spirituel 8c moderé, adroit 8c docile. 'Cela est efss_ fectivement ainsi: Les Perses ont de l'esprit, de la vivacité , de la finesse, du jugement 6c .de la prudence; sans par-ticiper en aucune façon àla brutale ferocité des Turcs,

.ñni àla grossière ignorance des ' Indiens,

i a \ Indiens , entre lesquels leur païs est scicuéz leurs mœurs sont douces 8c civiles , &leur esprit a de la capacite' 8c de la lumiere.

Les mœurs des peuples suivent ordinairement leur Religion: ce que la Mahometanea de plus brutal 8c de plus inhumninssont ces excés où elle porte la haine qui est naturelle entre les Religions opposées : elle n'a point de boénes dans la rage qu'elle a. contre les autres Croyances; elle commande d'extermi. . ner ceux qui en sont profefï sion 5 elle ajuge leurs biens 8c leurs libertez aux gens de son party , 8c Zvpeine souffre. Ëelle qu'on leur laisse la xïie.

Ô

' comme la îReligion cime?

tienne- luy est la: -plus a cone traite dans. ses -' principes 6è dans ses dogmes ,-85 quÎ-elle s'oppose davantage. à' \à propagatioin , elle se ressent plus aussi -de cette fureur— de la Religion Mahomerane. Les Turcs ne- sont enragez con_cre nous quÎ-à cause qu'ils sont Mahometans : leur cróyana ce plus que leur naturel., est cause cle céc acharnement íàns relâche dans lequel ils sont contre nous: &comme ils ne sont jamais sans guerre contre les Chrétiens , on peut dire qu'ils apportent auffl cous au monde cét ef'. prit de barbarie 8c de filreur qu'ils leur font sentir par tout

Où ils le peuvent: Mais les Perses n'ont point de puissance Chrétienne en reste; ils n'ont depuis plusieurs siecles aucune guerre conside_ rable avec les Chrétiens; il n'y enapoint en plusieurs d‘e leurs Provinces , 8c dans celles où il y en a , ils” 'sont plus soûmis que tous leurs autres sujets. Ainsi, ils n'ont point cette haine e'xceffive contre-nous ;. ôç cisailleurs, comme ils .n'ont "pas un grand enchant , ni beaucoup d' abitudeî à la guerre, leurs inclinàtions- , 8c leurs.moeurs sont plus hüilíaínes 8c plus raisonnables. Enfin,

‘ le genie dominant des Per-
- .ses les portant aux lettres ôc

aux sciences , il est aisé de s'imaginer qu'il doit estre doux 8c sociable.

]e ne pense pas qu'il y ait aucun païs en nostre Europe Où- les sciences soient plus estimées 8c plus recherchées qu'elles le sont en Perse: Dans toutes sortes de conditions on voit la pluspart du monde s'y adonner;plu. sieursgens de métier , 8c beaucoup de paysans même lè portent à la lecture des

bons Livres , 6c élevent leurs

cnsans dans les sciences , au- .

tant que la commodité de leur condition le peut permettre: ils les envoyent pour cela, dés Pâge de cinq ans aux écholes , 8c s'efforcent

« PrécédentContinuer »