Images de page
PDF
ePub

arrage coaches

Reclamations-
AUX CHAMBRES.

Réclamations

de la part

DE DIVERS ENTREPRENEURS PARTICULIERS

QUI ONT ÉTÉ ENTENDUS PAR LA CODIMISSION SPÉCIALE DES PÉTITIONS,

[blocks in formation]
[ocr errors]
[blocks in formation]

Les paroles énergiques, lancées du haut de la tribune par M. le baron Charles Dupin, dans la séance du 5 janvier dernier, ont eu un grand retentissement. L'honorable pair, en combattant l'ordre du jour proposé par le comité, sur diverses pétitions relatives au monopole de fait exercé

par les grandes entreprises de Messageries, a signalé les dangers de la situation actuelle, que la Chambre a mis le Gouvernement en demeure de conjurer, en ordonnant le renvoi à M. le Ministre du Commerce.

Voici en quels termes s'est exprimé M. Dupin : ( Moniteur du 6 janvier 1841,)

« Il m'est impossible d'accepter les conclusions de votre comité. Je & ne veux pas pour cela prononcer de prime abord sur les différents q moyens proposés par les pétitionnaires. Chacun de ces moyens exigea rait un examen très approfondi. J'admettrai d'ailleurs que, parmi « ces moyens, plusieurs ne soient pas les meilleurs ; que d'autres même a ne soient pas avantageusement praticables ; mais il ne faudrait pas en a conclure que des recherches éclairées, faites par les conseillers ordia naires du Gouvernement, ne produiraient aucun remède à des abus « très réels, à des tendances trop fåcheuses pour qu'on les subisse avec a résignation. J'ose dire qu'il est impossible d'adopter une conclusion « pareille.

« En réalité, Messieurs, les abus que je signale sont arrivés au terme a le plus alarmant, et pour les voyageurs et pour les petits entrepre(neurs de transport. Comment ! aujourd'hui, une industrie qui faisait « vivre, sur huit mille lieues de routes royales, un nombre très consi

« PrécédentContinuer »