Petite bibliotheque des théatres: Chef d'œuvres de Quinault. Le procureur arbitre

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1787
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 23 - MONDOR. Parlez-vous sérieusement, Madame? Je vous ai donné des vers, moi? Vous vous moquez, je n'en ai jamais su faire. LUCINDE. Ne vous en défendez point; je vous dis qu'ils m'ont fait plaisir.
Page 67 - Monsieur, je vous admîre ! vous êres digne des rems héroïques , ou plurûr vous êres ensoreelé ! Commenr, morbleu ! rour quirrer pour une fille de rien , que vous n'avez vue que deux ou rrois fois ? êrre assez endiablé pour vouloir l'épouser , conrre venr er marée , quand il esrplus elair que le jour qu'elle vous abandonne ? sourenir opiniârremenr qu'il n'en esr rien? s'il n'ya pas là du sorrilége, il n'y en a mille parr ! V AL ER E.
Page 51 - ... se rourne vers lui i er , par une faraliré , que je ne puis comprendre , il m'esr aussi cher quand je le vois que redourable quand je ne le vois pas.
Page 58 - Je ne puis l'en dédire ; c'est une réflexion que je fesais môme il ya quelques momens. Je n'ai pas moins lieu de me plaindre de son étourderie ; elle m'expose à des bruits que je n'ai pas mérités, et L'Orangé doit pour jamais renoncer à me voir.
Page 25 - L'Orange lit fort bien, vraiment. MONDOR Le respect ... que j'adore ... cela est assez joli. LUCINDE Vous convenez donc que c'est de vous qu'ils me viennent. MONDOR Puisque vous le voulez absolument, i1 faut bien que cela soit.
Page 8 - Dans .Y77, 1.7. 3l8 père, me regarder d'un air de conquérant. Eh! Monsieur, vous n'avez pas le mien, vous ne l'aurez jamais, je vous en assure; cherchez ailleurs qui flatte votre amour-propre, j'en suis l'ennemie mortelle. Quel est celui-ci, un amant timide, qui cherche languissamment dans mes yeux ce qui se passe en moi pour lui.
Page 88 - J'avoue que des liens seercM m'assachenr à Lélio t mais je sens que ce qui se passe en moi pour lui ne nuir poinr à ce qui s'y passe pour vous t vos droirs s'y réunissenr sans se combariré.
Page 14 - IV. muís que cette ejachanterefle de >nor eft ici, je ne dors point, je mange mal , je dis mal , car je mange encore un peu , je parle de travers, je réponds de même, j'oublie mon fervice, je rêve, je m'ennuie. Colombine, que j'aimois de tout mon cœur , ne m'eiF plus de rien , je la trouve laide , je crains de la voir.

Informations bibliographiques