Lettres choisies, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Lettres choisies

Avis d'utilisateur  - chrislav - Babelio

Lettres choisies par Madame de Sévigné Que de plaisirs! Notre chère Madame de Sévigné a redonné tout son sens à mon amour depuis toujours des belles Lettres, celles où l'on peut sans complexe et ... Consulter l'avis complet

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 57 - ... avec fermeté, et n'a dû sa liberté qu'à sa hardiesse. La paresse l'a soutenu avec gloire, durant plusieurs années, dans l'obscurité d'une vie errante et cachée. Il a conservé l'archevêché de Paris, contre la puissance du cardinal Mazarin; mais après la mort de ce ministre, il s'en est démis, sans connaître ce qu'il faisait, et sans prendre cette conjoncture pour ménager les intérêts de ses amis et les siens propres.
Page 119 - ... bride sur le cou ; elle est comme l'Arioste ; on aime ce qui finit et ce qui commence : le sujet que vous prenez console de celui que vous quittez, et tout est agréable. Celui du froc aux orties, que l'on jette tout doucement pour plaire à Sa Sainteté, et le reste, est une chose à mourir de rire ; mais ne le dites pas à M.
Page 55 - Cardinal le voie, ni que cet écrit coure ; il n'a point prétendu le louer : le portrait m'a paru très-bon par toutes ces raisons. Je vous l'envoie et vous prie de n'en donner aucune copie. On est si lassé de louanges en face, qu'il ya du ragoût à pouvoir être assuré que l'on n'a eu nul dessein de faire plaisir, et que voilà ce qu'on dit, quand on dit la vérité toute nue, toute naïve.
Page 155 - Il ne . songe qu'à son affaire, et gagne où les autres perdent; il ne néglige rien , il profite de tout , il n'est point distrait : en un mot , sa bonne conduite défie la fortune ; aussi les deux cent mille francs en dix jours , les cent mille écus en un mois , tout cela se met sur le livre de sa recette.
Page 108 - Louvois alla voir en arrivant cette gouvernante , elle soupa chez madame de Richelieu , les uns lui baisant la main , les autres la robe ; et elle se moquant d'eux tous , si elle n'est bien changée ; mais on. dit qu'elle l'est. Madame de Coulanges revient, je n'en ai jamais douté. On ne parle que de cette admirable Oraison funèbre de M.
Page 44 - revenait hier fort vite de Saint-Germain , c'était comme un tourbillon : il croit bien être grand seigneur , mais ses gens le croient encore plus que lui. Ils passaient au travers de Nanterre, tra...
Page 70 - ... n'a été regretté si sincèrement ; tout ce quartier où il a logé, et tout Paris, et tout le peuple étaient dans le trouble et dans l'émotion : chacun parlait et s'attroupait pour regretter ce héros.
Page 70 - Il mande la mort du jeune d'Hocquincourt et qu'il enverra un courrier pour apprendre au roi la suite de cette entreprise ; il cachette sa lettre, et l'envoie à deux heures. Il va sur cette petite colline avec huit ou dix personnes : on tire de loin à l'aventure un malheureux coup de canon, qui le coupe par le milieu du corps, et vous pouvez penser les cris et les pleurs de cette armée. Le courrier part à l'instant; il arriva lundi, comme je vous ai dit : de sorte qu'à une heure l'une de l'autre...
Page 69 - C'est à vous que je m'adresse, mon cher comte, pour vous écrire une des plus fâcheuses pertes qui pût arriver en France : c'est la mort de M. de Turenne, dont je suis assurée que vous serez aussi touché et aussi désolé que nous le sommes ici. Cette nouvelle arriva lundi à Versailles. Le roi en a été affligé, comme on doit l'être de la mort du plus grand capitaine et du plus honnête homme du monde.
Page 58 - La retraite qu'il vient de faire eSt la plus éclatante et la plus fausse action de sa vie; c'est un sacrifice qu'il fait à son orgueil, sous prétexte de dévotion : il quitte la cour, où il ne peut s'attacher, et il s'éloigne du monde qui s'éloigne de lui.

Informations bibliographiques