Dom Garcie de Navarre. L'escole des maris. Les fascheux. L'escole des

Couverture
Librairie des bibliophiles, 1882

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 350 - Car enfin, je trouve qu'il est bien plus aisé de se guinder sur de grands sentiments, de braver en vers la fortune, accuser les destins, et dire des injures aux dieux, que d'entrer comme il faut dans le ridicule des hommes, et de rendre agréablement sur le théâtre les défauts de tout le monde.
Page 224 - Gros-Pierre , Qui , n'ayant pour tout bien qu'un seul quartier de terre , Y fit tout à l'entour faire un fossé bourbeux , Et de monsieur de l'Isle en prit le nom pompeux.
Page 6 - Mais que contre ses vœux on combat vainement. Et que la différence est connue aisément De toutes ces faveurs qu'on fait avec étude, A celles où du cœur fait pencher l'habitude ! Dans les unes toujours on paroît se forcer; Mais les autres, hélas ! se font sans y penser : Semblables à ces eaux si pures et si belles Qui coulent sans effort des sources naturelles.
Page 158 - De sorte que, pour ne point" rompre aussi le fil de la pièce par ces manières d'intermèdes, on s'avisa de les coudre au sujet du mieux que l'on put, et de ne faire qu'une seule chose du ballet et de la comédie...
Page 93 - De ces souliers mignons de rubans revêtus , Qui vous font ressembler à des pigeons pattus , Et de ces grands canons où , comme en des entraves, On met tous les matins ses deux jambes esclaves, Et par qui nous voyons ces messieurs les galants Marcher écarquillés ainsi que des volants?
Page 355 - Moquons-nous donc de cette chicane où ils veulent assujettir le goût du public, et ne consultons dans une comédie que l'effet qu'elle fait sur nous. Laissons-nous aller de bonne foi aux choses qui nous prennent par les entrailles, et ne cherchons point de raisonnements pour nous empêcher d'avoir du plaisir.
Page 337 - ... ne fait rien du tout au bon goût; que debout et assis", on peut donner un mauvais jugement ; et qu'enfin, à le prendre en général, je me fierais assez à l'approbation du parterre, par la raison qu'entre ceux qui le composent, il y en a plusieurs qui sont capables de juger d'une pièce selon les règles...
Page 221 - Je prétends que la mienne en clartés peu sublime, Même ne sache pas ce que c'est qu'une rime, Et s'il faut qu'avec elle on joue au corbillon, Et qu'on vienne à lui dire, à son tour: qu'y met-on ? Je veux qu'elle réponde: une tarte à la crème...
Page 143 - Et les soins défiants, les verroux et les grilles Ne font pas la vertu des femmes ni des filles . C'est l'honneur qui les doit tenir dans le devoir, Non la sévérité que nous leur faisons voir.
Page 158 - D'abord que la toile fut levée, un des acteurs, comme vous pourriez dire moi, parut sur le théâtre en habit de ville, et s'adressant au roi avec le visage d'un homme surpris , fit des excuses en désordre sur ce qu'il se trouvait là seul, et manquait de temps et d'acteurs pour donner à Sa Majesté le divertissement qu'elle semblait attendre.

Informations bibliographiques