Oeuvres de Delille, Volume 8

Couverture
Furne, 1832
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 21 - Heureux qui, dans ses vers, sait, d'une voix légère, Passer du grave au doux, du plaisant au sévère!
Page 307 - Nous avons beau enfler nos conceptions au delà des espaces imaginables, nous n'enfantons que des atomes, au prix de la réalité des choses. C'est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part.
Page 139 - Il veut le suivre, il veut revoir l'éclat du jour : Je ne sais quel instinct l'arrête en ce séjour. A l'abri du danger , son âme encor tremblante Veut jouir de ces lieux et de son épouvante. A leur aspect lugubre il éprouve en son cœur Un plaisir agité d'un reste de terreur ; Enfin , tenant en main son conducteur fidèle , Il part , il vole aux lieux où la clarté l'appelle.
Page 169 - O pouvoir d'un grand homme et d'une âme divine ! Ce que Dieu seul a fait , Newton seul l'imagine ; Et chaque astre répète en proclamant leur nom : « Gloire au Dieu qui créa les mondes et Newton...
Page 117 - M'ait redonné la joie, et rendu mon printemps. Cette clôture même où l'enfance captive Prête aux tristes leçons une oreille craintive, Qui de nous peut la voir sans quelque émotion? Ah! c'est là que l'étude ébaucha ma raison; Là, je goûtai des arts les premières délices; Là, mon corps se formait par de doux exercices.
Page 137 - II prend tous les chemins que lui montre la peur. Enfin, de route en route, et d'erreur en erreur, Dans les enfoncements de cette obscure enceinte, II trouve un vaste espace, effrayant labyrinthe, D'où vingt chemins divers conduisent à l'entour. Lequel choisir? lequel doit le conduire au jour?
Page 204 - Naïf, d'un vain faste ennemi , II sait parler en sage, et causer en ami. Heureux ou malheureux, à la ville , en campagne, Que son livre charmant toujours vous accompagne.
Page 177 - Il se rejette donc vers le passé qu'il aime; 11 cherche à consoler, par un doux souvenir, Et la douleur présente, et les maux à venir; Et même, lorsqu'il touche à l'extrême vieillesse, Quelque ombre de bonheur charme encor sa faiblesse. Du festin de la vie, où l'admirent les dieux, Ayant goûté long-temps les mets délicieux. Convive satisfait, sans regret, sans envie -. S'il ne vit pas, du moins il assiste à la vie.
Page 304 - C'est là, c'est dans l'obscurité, Que, fuyant le tumulte et dans soi recueillie, Vient s'asseoir la mélancolie, Pour y rêver en liberté. Ses maux et ses plaisirs ne sont connus que d'elle. A ses chagrins qu'elle aime elle est toujours fidèle , ÉPÎTHE AU COMTE DE SCHOWALOFF.
Page 299 - ... à concevoir, l'échange fut accepté. Cet homme vertueux fut enchaîné dans la chiourme des galériens, et ses pieds restèrent enflés pendant le reste de sa vie du poids de ces fers honorables qu'il avait portés.

Informations bibliographiques