Considérations sur les principaux événements de la révolution française

Couverture
Charpentier, 1843 - 664 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 526 - Chacun se réveille à ce son, Les Brebis, le Chien, le Garçon. Le pauvre Loup, dans cet esclandre, Empêché par son hoqueton, Ne put ni fuir ni se défendre. Toujours par quelque endroit fourbes se laissent prendre. Quiconque est Loup agisse en Loup : C'est le plus certain de beaucoup.
Page 348 - Français pour la gloire militaire , associa leur amour-propre à ses victoires eomme à ses défaites. Il prit par degrés la place que tenait la révolution dans toutes les têtes , et reporta sur son nom seul tout le sentiment national qui avait grandi la France aux yeux des étrangers.
Page 86 - ... de lui faire payer des droits à l'entrée des villes , ou de lui imposer sa part des contributions pour les chemins ; il réclama de nouvelles entraves à la liberté de la presse. La noblesse demanda que les principaux emplois fussent tous donnés exclusivement aux gentilshommes, qu'on interdît aux roturiers les arquebuses , les pistolets , et l'usage des chiens , à moins qu'ils n'eussent les jarrets coupés. Elle demanda de plus que les roturiers payassent de nouveaux droits seigneuriaux...
Page 130 - Les états généraux ont été annoncés de nouveau : personne n'en a plus douté quand on a vu un roi vertueux confier l'exécution de ses promesses à un vertueux ministre. Le nom du roi a été couvert de bénédictions. » Le temps de la famine est arrivé. Des travaux immenses, les mers couvertes de vaisseaux, toutes les puissances de l'Europe sollicitées, les deux mondes mis à contribution pour notre subsistance, plus de quatorze cent mille quintaux de farine et de grains importés parmi...
Page 302 - J'ai causé une fois avec lui chez mon père, en 1789, lorsqu'on ne le connaissait que comme un avocat de l'Artois, 25 très-exagéré dans ses principes démocratiques. Ses traits étaient ignobles, son teint pâle, ses veines d'une couleur verte : il soutenait les thèses les plus absurdes avec un sangfroid qui avait l'air de la conviction...
Page 311 - Telle étoit l'expression du jour ; car en France, à chaque révolution, on rédige une phrase nouvelle, qui sert à tout le monde, pour que chacun ait de l'esprit ou du sentiment tout fait, si par hasard la nature lui avoit refusé l'un et l'autre.
Page 94 - Roi, par ses intentions, ses vertus et son rang suprême, devait en être le chef, puisqu'elle ne pouvait pas être avantageuse à la nation, sans l'être également au monarque; enfin, que l'autorité royale devait être le rempart de la liberté nationale, et la liberté nationale la base de l'autorité royale.
Page 122 - Compiègne tous les membres des trois ordres qui n'avoient point favorisé le système des innovations , et là de leur faire consentir à la hâte les impôts et les emprunts dont elle avoit besoin , afin de les renvoyer ensuite.
Page 332 - J'aperçus assez vite , dans les différentes occasions que j'eus de le rencontrer pendant son séjour à Paris, que son caractère ne pouvait être défini par les mots dont nous avons coutume de nous servir; il n'était ni bon, ni violent, ni doux , ni cruel , à la façon des individus à nous connus. Un tel être, n'ayant point de pareil , ne pouvait ni ressentir, ni faire éprouver aucune sympathie : c'était plus ou moins qu'un homme.
Page 381 - Les agents du Gouvernement, autres que les ministres, ne peuvent être poursuivis pour des faits relatifs à leurs fonctions, qu'en vertu d'une décision du conseil d'Etat : en ce cas, la poursuite a lieu devant les tribunaux ordinaires.

Informations bibliographiques