Images de page
PDF
ePub

du mains, trois cens ans après f íl auroit dû être public: le savarít Photius auroit dû le connoítre my & il ne le connoissoit pas. Suidas f ; Ecrivain du onzième siécle , est le: premier qui ait attribué k Pro-" cope cette satyre méprisable; &c le plus grand nombre des Savant ont répété fans discussion ce qu'en avoit dit Suidas (a)., Quelques-uns cependant ont douté que ce Livre fût de Procope (b) ; il y en á même qui l'ont nié ; & de ce nombre est Eichelius, dans la Préface & les; remarques de l'édition qu'il en a; donnée. II commence par faire, voir qu'il n'est ni vrai f ni vraisem*Mable que Procope en, soit l'Áu*

fi) Voflìus , Grotius , &c. (b) Le Pere Combefils , la Motheíe-Vayer&c.

teur; & en supposant qu'il le fût, il ajoute que dans une déclamation si outrée, si impudente & fi absurde, il seroit indigne de foi. Ce qui me confond, c'est que l'il- luftre Auteur de l'esprit des Loix ait donné quelque croyance à un Libelle si manisestement supposé. Je sçais de quel poids est son autorité; mais elle cède à l'évidence.

Le moyen de croire en effet qu'un homme d'Etat, estimé de son siécle , pour le plaisir de diffamer ceux qui l'avoient comblé de biens, ait voulu se diffamer lui-même , en réduisant la postérité au choix, de le regarder comme un calomniateur atroce , ou comme un lâche adulateur? Le moyen de croire qu'un Ecrivain, jusque-là si judicieux, eut perdu le sens & la pudeur, au point de vouloir qu'on prît, sur sa parole, pour un homme ébété , pour un rustre imbécile (a), Justin, ce sage & vertueux vieillard, qui, de Tétât le plus obscur & des plus bas emplois de la Milice, étant monté aux plus hauts grades par sa valeur & ses talens, avoit fini par réunir les vœux du Sénat, du peuple & des armées, & par être élu Empereur ? Le moyen de croire qu'un homme qui avoit écrit l'histoire de son tems avec tant d'honnêteté , de décence & de sagesse, ait pu dire de Justinien, qu'il étoit Jiupide & parejseux comme un âne, qui se laijse mener par le licou , en

(a) Inflgnis hqmo stoliditatis, summ* cum infantià summdque cum rusticitate {.onjtinffx.

secouant les oreilles {a) / que ce n'é- toit pas un homme , mais une furie [b\ ; que fa mere elle-même Je vantoit d'avoir eu commerce avec vn démon , avant d'être grosse de lui (c); & qu'il avoit fait tant de maux à l'Empire r que la mémoire de tous les âges n'en avoit jamais-

(a) Natn miré fietidur fuit, & lento quam fmillimus afino , capi/îro facile' trahendus, cui ©" aures fubìnde agitai rentur* \ ,

(b) Quod vero non homo , fed, fub hu~ manà specie,. furia vifus fit Justinianus r âoeumento effè poffitnt ingentia quibus afsecit homines mala: quippe enim ex atrocitatefac'morum Autoris viriumimznanitas paLim fat.

(c) Eo gravida antequam effet, qaandamgenii fpeciem ad fe ventitajse.quœ non ad visum, fed ad confaElum se prœberet,. accubaretque fìBi ,. & quasi ma-ritus sonjugem inire.t~

rajsemblé de pareils , ni tn fi grand nombre {a)? Le moyen de croire qu'après avoir fait de Bélisaire un Héros accompli , triomphant & comblé de gloire , il ait osé le donner ensuite pour un méchant imbécile, méprisé de tout le monde , & bafoué comme un fou (b); & cela dans le tems de sa plus grande gloire , lorsqu'il fut chargé de sauver l'Empire, en chassant les Huns de la Thrace?

Ceux qui, dans le grec des Anecdotes , ont cru reconnoître le style de Procope, y ont-ils reconnu son

(a) Ts demum fuit Rimants tot tantorumque malorum Autor, quot & quanta, audita non funt ex emni sitpetiorum eta~ tum memoriâ.

(B) Tune enim vero conftmni ab omnh^ Bus & yduti dement subjannari.

a ìy

« PrécédentContinuer »