L'Afrique, ou Histoire, moeurs, usages et coutumes des africains: le Sénégal, Volume 4

Couverture
Nepveu, libraire, 1814
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 144 - Le dessus de la tête des négresses, dit Villeneuve1, est le plus souvent rasé : « Après avoir peigné les cheveux de derrière qui frisent naturellement, elles prennent un tuyau de paille le long duquel elles les roulent par petites touffes; elles les graissent ensuite avec du beurre, ce qui leur donne bientôt une odeur désagréable; elles retirent le tuyau de paille dont les cheveux prennent la forme; ils présentent une multitude de petits tuyaux flottant sur le cou et couchés les uns sur...
Page 30 - Ouolofs on les appelle les lamanes, titre fort ancien et qui remonte avant la fondation des principautés. Chaque lamane entretient à son service un certain nombre de soldats qu'il fournit d'armes et de chevaux. Plusieurs demeurent auprès de sa personne et sont nourris alors aux dépens du maître ; les autres restent dans les villages et sont obligés de marcher à la première réquisition. Aucun n'a de solde régulière, mais tous reçoivent des présents et ont une part dans le butin qui se...
Page 189 - ... les accompagnent et les excitent par des battements de mains et des chants analogues au sujet. C'est des guiriotes que les jeunes filles apprennent ces postures lascives qu'elles savent si bien figurer dans leurs danses. Ces...
Page 146 - Gambie , les femmes ont une coëffure qu'elles appellent jalla. C'est une étroite bande de coton qui , à partir du front , leur fait plusieurs fois le tour de la tête. A Bondou , elles portent plusieurs tours de grains de verroterie blanche , avec une petite plaque d'or sur le milieu du front. Dans le Kasson, les dames parent leur tête de petits coquillages blancs, qu'elles arrangent d'une manière très-agréable.
Page 138 - ... résister aux attaques de l'ennemi. On ne rencontre nulle part aucune construction , aucun monument par lequel on ait voulu transmettre des hauts faits à la postérité. Les meubles des nègres ne sont pas en grand nombre : ils consistent en un lit , nommé guindin , formé de six ou huit piquets de bois fichés en terre...
Page 176 - II, p. 56. assez grand degré de perfection : ils font peu d'usage de peaux de bœuf, mais ils emploient souvent celles des chèvres et des gazelles. Pour tanner les peaux, ils se servent de l'écorce des mangliers; quelquefois ils les mettent dans une saumure de cendre et de sel, ou dans le sable, pour les dépouiller de leur poil. Ils les passent fort bien, et les teignent en noir, en jaunfl et en rouge1.
Page 133 - ... avec des lanières de cuir vert. Le toit est de forme conique et recouvert en paille de roseaux. Les cases des environs de Gorée sont beaucoup mieux faites que celles des villages près du Sénégal. Les premières sont larges, aérées , le toit en est très-artistement tressé avec les côtes des feuilles de palmier , et recouvert en paille. Il ya peu d'ouvrage de vannerie fait en Europe avec plus d'art ; la porte en est haute et large , tandis que les autres , toujours enfumées , ont des...
Page 111 - Bambouk, quand l'épouse, conduite par sa famille, est arrivée à la porte de la case du futur époux, elle ôte ses sandales; on lui met dans les mains une petite calebasse pleine d'eau; elle frappe à la porte de la case, on lui ouvre; elle trouve son futur époux entouré des anciens de sa famille; elle s'approche de lui, se prosterne, et verse sur ses pieds l'eau contenue dans la calebasse ; elle lui essuie ensuite les pieds avec sa pagne en signe de soumission.
Page 29 - ... province sont attestées aussi par Geoffroy de Villeneuve : « Chaque État est divisé en plusieurs gouvernements. Ceux qui en sont revêtus ne tiennent point leur autorité du prince ; ils n'en sont que les vassaux, le pouvoir est héréditaire dans chaque famille. Chez les Ouolofs on les appelle les lamanes, titre fort ancien et qui remonte avant la fondation des principautés. Chaque lamane entretient à son service un certain nombre de soldats qu'il fournit d'armes et de chevaux. Plusieurs...
Page 132 - La plupart des cases des nègres, dit-il, sont rondes; les plu< grandes ont douze ou quinze pieds de diamètre. Pour les établir, les nègres coupent de jeunes palmiers de sept à huit pieds de hauteur qu'ils enfoncent dans la terre de la longueur d'un pied ou dix-huit pouces, et dont ils forment l'enceinte de la case.

Informations bibliographiques