Histoire de l'astronomie, depuis 1781 jusqu'a 1811 pour servir de suite à l'histoire de l'astronomie de Bailly

Couverture
Courcier, 1810 - 387 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 164 - ... que la distance de la planète au Soleil : il en résulte que, l'action du Soleil étant à peu près la même sur la planète et sur ses satellites, ceux-ci se meuvent à peu près comme s'ils n'obéissaient qu'à l'action de la planète. Il en résulte encore cette propriété remarquable, savoir, que le mouvement du centre de gravité d'une planète et de ses satellites est, à fort peu près, le même que si tous ces corps étaient réunis à ce centre. Pour le démontrer, supposons que les...
Page 149 - ... la longitude moyenne du premier satellite , moins trois fois celle du second , plus deux fois celle du troisième. En même temps, elle a donné naissance à une inégalité périodique qui dépend de la petite quantité dont les moyens mouvemens s'écartaient primitivement du rapport que nous venons d'énoncer.
Page 239 - Base du système métrique décimal, ou mesure de l'arc du méridien compris entre les parallèles de Dunkerque et Barcelone, exécutée en 1792 et années suivantes, par MM.
Page 178 - ... fluide. Tout ce que nous pouvons faire, est d'analyser les phénomènes généraux des marées, qui doivent, résulter des forces attractives du soleil et de la lune , et de tirer des observations, les données dont la connaissance est indispensable pour -compléter dans chaque port , la théorie du flux et du reflux. Ces don-nées sont autant d'arbitraires dépendantes de l'étendue de la mer, de sa profondeur , et des circonstances locales du port.
Page 193 - ... hypothèses. Cela posé, considérant la terre comme un sphéroïde de révolution , très-peu différent d'une sphère, et recouvert d'un fluide de peu de profondeur , l'auteur évalue la somme des aires dans les deux cas dont nous avons parlé, et, égalant ces deux sommes entr'elles , il en déduit que les mouvemens de la terre autour de son centre de gravité, sont les mêmes que si la mer formoit avec elle une masse solide. Il étend ensuite cette démonstration au cas où la terre a une...
Page 188 - ... les mesures du pendule et des degrés des méridiens, et par l'attraction observée des montagnes. La mer est donc dans un état ferme d'équilibre ; et si , comme il est difficile d'en douter , elle a recouvert autrefois , des continens aujourd'hui fort élevés au-dessus de son niveau ; il faut en chercher la cause , ailleurs que dans le défaut de stabilité de son équilibre. L'analyse m'a fait...
Page 335 - De discuter et d'établir, par la comparaison , avec un grand nombre de bonnes observations, la valeur des coëfficiens des inégalités de la lune , et de donner, pour la longitude, la latitude et la parallaxe de cet astre, des formules plus exactes encore et plus complètes que celles qui servent de fondement aux tables actuellement en usage; 2.° De construire, sur ces formules, des tables d'une étendue suffisante pour la commodité et lasûreté des calculs.
Page 176 - ... dans un temps égal à celui de la rotation de cet astre, c'est-à-dire en vingt-cinq jours et demi; elle est donc fort loin d'atteindre les orbes de Mercure et de Vénus, et l'on sait que la lumière zodiacale s'étend beaucoup au delà.
Page 274 - ... notre cabane , les yeux, fixés sur la mer, n'avons-nous pas réfléchi sur notre situation , et rassemblé les chances qui pouvaient nous être favorables ou contraires! Combien de fois, en voyant les nuages s'élever du fond des vallées, et monter en rampant sur le flanc des rochers jusqu'à la cime où nous étions, n'avonsnous pas recherché dans leurs oscillations les présages heureux ou malheureux d'un ciel couvert ou serein ! On a dit, avec vérité, que l'aspect des lieux prend une...
Page 189 - ... en opposition dans la plan de l'équateur et dans leurs moyennes distances, la différence entre la plus grande élévation et la plus grande dépression du mercure dans le baromètre est à fort peu près à. l'équateur égale à six dix millièmes de mètre ; quantité fort petite, mais susceptible cependant d'être déterminée par une longue suite d'observations faites entre les tropiques où la température est peu variable. La même cause doit exciter dans l'atmosphère un...

Informations bibliographiques