Journal historique et littéraire, Volume 15

Couverture
Comptoir universel dʹimprimerie et de librairie, 1848
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 534 - Comme nous avons appris que des écrits semés parmi le peuple proclament certaines doctrines qui ébranlent la fidélité et la soumission dues aux princes et qui allument partout les flambeaux de la révolte, il faudra empêcher avec soin que les peuples ainsUrompés ne soient entraînés hors de la ligne de leurs devoirs. Que tous considèrent que, suivant l'avis de l'Apôtre, il n'ya point de puissance qui ne vienne de Dieu; celles qui existent ont été établies par Dieu.
Page 61 - ... contraire à nos pensées, attendu que, malgré notre indignité, nous tenons sur la terre la place de celui qui est l'auteur de la paix, l'ami de la charité , et que, fidèle aux divines obligations de notre suprême apostolat, nous embrassons tous les pays , tous les peuples, toutes les nations dans un égal sentiment de paternel amour.
Page 534 - Ainsi les lois divines et humaines s'élèvent contre ceux qui s'efforcent d'ébranler, par des trames honteuses de révolte et de sédition, la fidélité aux princes, et de les précipiter du trône.
Page 230 - Il ne faut pas non plus s'imaginer que la souveraineté ou la puissance publique soit une chose comme subsistante qu'il faille avoir pour la donner; elle se forme et résulte de la cession des particuliers, lorsque fatigués de l'état où tout le monde est le maître et où personne ne l'est, ils se sont laissé persuader de renoncer à ce droit qui met tout en confusion, et à cette liberté qui fait tout craindre à tout le monde, en faveur d'un gouvernement dont on convient.
Page 62 - ... attaquent ses droits les plus sacrés ou déchirent par de fausses accusations le nom de tout honnête homme.... )> Voilà, vénérables frères, ce que nous avons cru devoir vous communiquer aujourd'hui. Il ne nous reste maintenant qu'à offrir ensemble , dans l'humilité...
Page 320 - Je vous l'ai dit, c'est la pensée en soi, la pensée absolue avec ses moments fondamentaux, la raison éternelle, substance et cause des vérités que l'homme aperçoit. Quand donc l'homme rapporte à Dieu la vérité qu'il ne peut rapporter ni à ce monde ni à sa propre personnalité, il la rapporte à ce à quoi il doit la rapporter ; et l'affirmation absolue de la vérité sans réflexion, l'inspiration, l'enthousiasme, est une révélation véritable.
Page 535 - Ces beaux exemples de soumission inviolable aux princes , qui étaient une suite nécessaire des saints préceptes de la. religion chrétienne , condamnent la détestable insolence et la méchanceté de ceux qui , tout enflammés de l'ardeur immodérée d'une liberté audacieuse, s'appliquent de toutes' leurs forces à ébranler et renverser tous les droits des puissances , tandis qu'au fond ils n'apportent aux peuples que la servitude sous le masque de la liberté. C'est là que...
Page 151 - Au milieu des guerres qui ensanglantaient le sol chrétien, on vit toujours le Saint-Siège faire entendre des paroles de paix, et dans Notre Allocution du 29 avril dernier, quand Nous avons dit que Notre cœur paternel a horreur de déclarer la guerre , nous avons expressément manifesté Notre ardent désir de contribuer à la paix. Que Votre Majesté ne trouve donc pas mauvais que Nous nous adressions à sa...
Page 585 - ... décernés par les lois divines et humaines , et il défendit à chacun de ses sujets d'y prendre part, les avertissant que quiconque oserait attenter à la souveraineté temporelle des pontifes romains encourrait les censures, et spécialement l'excommunication majeure, peine qu'il déclara...
Page 530 - Les chrétiens avoient reçu ces instructions comme des commandements exprès de JésusChrist et des apôtres ; et c'est pourquoi ils disoient aux persécuteurs par la bouche de Tertullien , dans la plus sainte et la plus docte Apologie qu'ils leur aient jamais présentée, non pas : On ne nous a pas conseillé de nous soulever, mais : Cela nous est défendu...

Informations bibliographiques