L'Année littéraire et dramatique, ou, revue annuelle des principales productions de la littérature française et des traductions des œuvres les plus importantes des littératures étrangères, classées et étudiées par genres, avec l'indication des événements les plus remarquables appartenant à l'histoire littéraire, dramatique et bibliographique de l'année, Volume 5

Couverture
L. Hachette, 1863

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 405 - En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison est naturellement égale en tous les hommes...
Page 439 - IXe siècles de notre ère), traduites du chinois pour la première fois, avec une étude sur l'art poétique en Chine et des notes explicatives.
Page 13 - Les uns sur les autres blottis. Inquiète, les yeux aigus comme des flèches, Elle ondule, épiant l'ombre des rameaux lourds. Quelques taches de sang, éparses, toutes fraîches, Mouillent sa robe de velours. Elle traîne après elle un reste de sa chasse, Un quartier du beau cerf qu'elle a mangé la nuit ; Et, sur la mousse en fleur, une effroyable trace Ronge, et chaude encore, la suit.
Page 479 - A partir du 1er janvier 1863, l'Académie s'occupera de l'examen annuel relatif aux prix fondés par feu M. le baron Gobert, pour le morceau le plus éloquent d'histoire de France, et pour celui dont le mérite en approchera le plus.
Page 6 - O temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices Suspendez votre cours ! Laissez-nous savourer les rapides délices Des plus beaux de nos jours...
Page 39 - ... civilisation, des enfers, et compliquant d'une fatalité humaine la destinée qui est divine; tant que les trois problèmes du siècle, la dégradation de l'homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l'atrophie de l'enfant par la nuit, ne seront pas résolus; tant que, dans...
Page 88 - Le livre que le lecteur a sous les yeux en ce moment, c'est, d'un bout à l'autre, dans son ensemble et dans ses détails, quelles que soient les intermittences, les exceptions ou les défaillances, la marche du mal au bien, de l'injuste au juste, du faux au vrai, de la nuit au jour, de l'appétit à la conscience, de la pourriture à la vie, de la bestialité au devoir, de l'enfer au ciel, du néant à Dieu.
Page 479 - L'Académie française rappelle ( qu'elle a proposé pour sujet d'un pris extraordinaire de 3,000 fr., qu'elle décernera en 1863, la question suivante : « De la nécessité de concilier, dans l'histoire critique « des lettres, le sentiment perfectionné du goût et les principes de la « tradition avec les recherches érudites et l'intelligence historique du
Page 13 - La regarde passer de loin. Sous la haute fougère elle glisse en silence, Parmi les troncs moussus s'enfonce et disparaît. Les bruits cessent, l'air brûle, et la lumière immense Endort le ciel et la forêt.
Page 76 - Ce sont là des journées lugubres; car il ya toujours une certaine quantité de droit même dans cette démence, il ya du suicide dans ce duel, et ces mots, qui veulent être des injures, gueux, canaille, ochlocratie, populace, constatent, hélas ! plutôt la faute de ceux qui régnent que la faute de ceux qui souffrent ; plutôt la faute des privilégiés que la faute des déshérités.

Informations bibliographiques