Jean Joret: poète normand du XVe siècle, escripteur des rois Charles VII, Louis XI et Charles VIII : cette publication ... est précédée de considérations historiques sur les origines, le développement et les progrès de la langue et de la poésie françaises et suivie de tablettes historiques et bibliographiques

Couverture
Chez Derache, 1841 - 225 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 77 - Ronsard, qui le suivit, par une autre méthode, Réglant tout, brouilla tout, fit un art à sa mode, Et toutefois longtemps eut un heureux destin. Mais sa muse, en français parlant grec et latin, Vit dans l'âge suivant, par un retour grotesque, Tomber de ses grands mots le faste pédantesque.
Page 10 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir.
Page 82 - C'est espoir qui sans marrisson Songer me faict en amourettes. La blanche colombelle belle Souvent je voys priant criant : Mais dessoubz la cordelle d'elle Me...
Page 83 - Quand Neptunus, puissant dieu de la mer, Cessa d'armer carraques et galées. Les Gallicans bien le deurent aymer, Et reclamer ses grans undes salées, Car il voulut, en ses basses vallées, Rendre la mer de la Gaulle haultaine Calme et paisible ainsi qu'une fontaine, Et pour oster mathelotz de souffrance. Faire nager en ceste eau claire et saine Le beau Daulphin tant desiré en France.
Page 69 - ... besoing que on lui exposast, de si grant providence fu, pour la grant amour qu'il avoit à ses successeurs, que, au temps à venir, les voult pourveoir d'enseignemens et sciences introduisables...
Page 80 - Toute, posa en principe qu'elle se fait « quand les deux, « ou trois, ou quatre syllabes d'une seule diction, o assises en la fin d'un vers, sont répétées au carme « symbolisant, mais en plusieurs mots (1).
Page 90 - L'ennemi qui est ci devant, Ne nous veut faire courtoisie. Vuidons nos tonneaux, je vous prie! Au moins, s'il prend notre cité, Qu'il n'y trouve plus que la lie : Vuidons nos tonneaux , je vous prie ! Deussions nous marcher de costé , Ce bon sidre n'espargnons mie : Vuidons nos tonneaux, je vous prie!
Page 6 - L'ame , en se repliant sur elle-même, se détache en quelque sorte des objets extérieurs ; l'habitude de la réflexion et de la pensée émousse la sensibilité de l'imagination et modère l'activité des passions ; l'esprit devient plus sévère et s'accommode moins d'une certaine latitude vague et indéterminée dans les idées , dont la poésie a besoin ; enfin la langue acquiert plus de précision , et en même temps plus de timidité.
Page 80 - En m'esbatant je fay rondeaux en ryme Et en rymant bien souvent je m'enryme. Bref, c'est pitié d'entre nous rymailleurs, Car vous trouvez assez de ryme ailleurs : 'Et quand vous...
Page 69 - Bible , en trois manieres , c'est assavoir, le texte; et puis le texte et les gloses ensemble ; et puis d'une autre maniere allégorisée.

Informations bibliographiques