Les tombeaux de Saint-Denis, ou description historique de cette abbaye célèbre

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 42 - C'est là que, dépouillé du royal appareil, Il dort enveloppé de son manteau de guerre, Sans compagnon de son sommeil. Et, tandis qu'il n'a plus de l'empire du monde Qu'un noir rocher battu de l'onde, Qu'un vieux saule battu du vent, Un roi longtemps banni, qui fit nos jours prospères, Descend au lit de mort où reposaient ses pères, Sous la garde du Dieu vivant.
Page 133 - L'âme entière frémit en contemplant tant de néant et tant de grandeur. Lorsqu'on cherche une expression assez magnifique pour peindre ce qu'il ya de plus élevé, l'autre moitié de l'objet sollicite le terme le plus bas pour exprimer ce qu'il ya de plus vil.
Page 241 - Nous, considérant que notre royaume est dit et nommé le royaume des Francs, et voulant que la chose en vérité (soit accordante au nom... Par délibération de notre grand conseil, nous avons ordonné et ordonnons que généralement par tout notre royaume...
Page 131 - ... souterrain, comme pour inviter sa postérité à descendre. Cependant Louis XIV a vainement attendu ses deux derniers fils : l'un s'est précipité au fond de la voûte, en laissant son ancêtre sur le seuil ; l'autre , ainsi qu'OEdipe , a disparu dans une tempête.
Page 112 - ... à son rang dans le caveau. On n'a ouvert le cercueil de Louis XV que dans le cimetière , sur le bord de la fosse. Le corps retiré du cercueil de plomb, bien enveloppé de linges et de bandelettes, paraissait...
Page 134 - ... sous ses dômes , on n'entend plus que les gouttes de pluie qui tombent par son toit découvert, la chute de quelque pierre qui se détache de ses murs en ruine , ou le son de son horloge , qui va roulant dans les tombeaux vides et les souterrains dévastés (13).
Page 130 - France, et s'en retournaient en disant en dedans d'eux-mêmes, comme saint Grégoire : Ce royaume est réellement le plus grand parmi les nations; mais il s'est élevé un vent de la colère autour de l'édifice de la Mort ; les flots des peuples ont été poussés sur lui, et les hommes étonnés se demandent encore comment le temple d'ÀMMON a disparu sous les sables des déserts.
Page 19 - M. d'Yvoy, en l'absence de M. le comte de Tresmes , apportez l'enseigne des cent archers de la garde , dont il a la charge. « M. Ceton , en l'absence de M. de Champdenier , apportez l'enseigne des cent archers de la garde écossaise, dont il a la charge. M' l'écuyer de la Boulidière , apportez les éperons.
Page 131 - SaintDenis se trouvait au centre de notre puissance et de notre luxe, comme un trésor où l'on déposait les débris du temps, et la surabondance des grandeurs de l'empire français.
Page 105 - Par les rois encore infecté : La terre de la liberté Rejette les os des despotes. De ces monstres divinisés Que tous les cercueils soient brisés ! Que leur mémoire soit flétrie! Et qu'avec leurs mânes errants Sortent du sein de la patrie Les cadavres de ces tyrans ! Tandis que Le Brun écrivait ces horreurs en 93, David ne craignait pas de peindre Marat.

Informations bibliographiques