Système des facultés de l'âme

Couverture
Ledentu, 1836 - 183 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 87 - Quels que soient les ravissemens que fait éprouver la découverte de la vérité, il se peut que Newton, rassasié d'années et de gloire, Newton , qui avait décomposé la lumière et trouvé la loi de la...
Page 27 - Que dans le jugement, pris pour une perception de rapport, nous n'agissons pas : nous avons agi, à la vérité, puisqu'il a fallu comparer; mais la perception du rapport vient après l'action ; le travail de l'esprit est fini au moment où il aperçoit le rapport. La philosophie ne niera pas sans doute, que la réflexion et l'imagination ne soient des facultés , et même les facultés auxquelles nous devons le plus , tout ce qu'il ya de beautés et de richesses dans les arts, tout ce qu'il ya de...
Page 8 - L'âme vient d'être modifiée, d'éprouver des sensations à la suite des mouvemens du cerveau; mouvemens qui étaient eux-mêmes une suite de l'impression faite sur les organes , par l'action des objets extérieurs. Or , dès que l'âme sent , elle est bien ou mal , elle éprouve du plaisir ou de la douleur...
Page 34 - Cesse de se partager ainsi pour se porter toute entière vers un seul : l'âme le choisit; elle le veut; elle le préfère. Cette préférence qui naît du désir , va ellemême donner naissance à une nouvelle faculté, sans laquelle il n'y aurait ni bien ni mal moral sur la terre , à la liberté. S'il...
Page 9 - Les organes extérieurs des sens, le cerveau et l'âme, peuvent donc et doivent être considérés dans deux états entièrement opposés. Dans le premier état, l'organe et le cerveau reçoivent le mouvement, et l'âme reçoit la sensation : l'impulsion est du dehors au dedans, et l'âme est passive. Dans le second état, l'action est du dedans au dehors, et l'âme est active.
Page 43 - ... c'est la bonté , la générosité , la reconnaissance , etc, et leurs contraires. •••/;.•'; Ce qui constitue proprement la moralité, c'est la fin que se propose l'agent libre , c'est-àdire , le bonheur de ses semblables ; et quelquefois aussi d'autres motifs , comme celui de ne pas blesser la dignité de notre nature , de nous conformer à l'ordre, de nous soumettre à la volonté du créateur : en un mot, un motif que la raison approuve, et qui soit étranger à notre intérêt personnel.
Page 60 - L'âme ne peut donc pas sentir et demeurer oisive; car le sentiment, par la manière agréable ou pénible dont il l'affecte, provoque nécessairement son action. Elle ne peut pas recevoir indifféremment des modifications qui font son bien ou son mal; elle est intéressée à les étudier...
Page 23 - ... 7 , etc. Par la comparaison de cette vitesse avec celle que prendrait le corps s'il était placé à la distance de la lune, Newton trouve que la pesanteur diminue comme croît le cari é de la distance au centre de la terre. Par le raisonnement , il démontre que cette règle s'applique au système planétaire tout entier , et qu'elle est une loi de la nature.
Page 86 - Les plaisirs de l'esprit ont un attrait toujours nouveau : l'âme est toujours jeune pour les goûter ; et le temps , loin de les affaiblir, leur donne chaque jour plus de vivacité. Pythagore offre aux dieux une hécatombe , pour les remercier d'un théorème qui porte encore son nom.
Page 85 - Du sentiment que produisent en lui , la régularité des lois de la nature et la marche calculée des astres , à l'idée d'un ordonnateur suprême ? Du sentiment de ce qu'il fait lui-même, quand il dispose ses actions pour les conduire vers un but , à l'idée d'une intelligence infinie? Ces trois idées ne sont qu'une seule idée. Mais, comme...

Informations bibliographiques