A l'enseigne de Gersaint: Edme-François Gersaint, marchand d'art sur le Pont Notre-Dame, 1694-1750

Couverture
Editions Champ Vallon, 2002 - 585 pages
Rarement un tableau aura autant inspiré critiques et historiens, écrivains et historiens de l'art. La littérature consacrée à L'Enseigne de Gersaint - somptueuse évocation d'un riche commerce de tableaux sous la Régence - est immense. Pourtant, le marchand qui se cache derrière le chef-d'œuvre de Watteau est largement resté dans l'ombre. A-t-il seulement vendu les tableaux et les objets de laque raffinés représentés par le peintre ? Sa boutique présentait-elle quelques ressemblances avec le bel espace décrit par Watteau ? En un mot, Edme-François Gersaint (16941750) est-il le marchand de L'Enseigne ? Fondé sur de très nombreux documents d'archives inédits, ce livre rétablit le véritable visage de Gersaint, marchand d'art et ami de Watteau, mais aussi initiateur des ventes publiques avec catalogue telles que nous les connaissons aujourd'hui, éditeur d'estampes et trafiquant de livres libertins. Visionnaire, Gersaint fournissait à ses contemporains le superflu, chose très nécessaire comme l'on sait. Sa boutique, établie sur le pont Notre-Dame à Paris, était remplie de tout un fourbi de marchandises dont la liste est étourdissante : tableaux, dessins et gravures voisinaient avec les objets de laque, les porcelaines de Chine, le thé vert, les curiosités naturelles, les instruments scientifiques. Fréquentée par d'innombrables amateurs, elle a vu défiler les collectionneurs les plus modestes comme les plus illustres, à l'affût de l'objet rare ou de l'œuvre précieuse. Buffon, la marquise de Pompadour, la reine de Suède comptaient parmi les clients de Gersaint. En imposant sur le marché de l'art français des peintres nordiques peu connus du public, en favorisant l'adaptation des motifs de Watteau dans les arts décoratifs, en promouvant les curiosités naturelles, en particulier les coquillages, et en participant à la diffusion de la création artistique française jusqu'aux confins de l'Europe, Gersaint a écrit une page de l'histoire du goût. Ce travail a reçu le prix Bruno-Pons en 2001.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Michel Pincemaille cité dans le livre, est parrain de Michel Neveu qui deviendra architecte juré entrepreneur de bâtiments et qui construira entre 1774 et 1778 le 12 de la rue de Tournon. Le baptême de cet enfant né le 26 février 1733 a eu lieu à Saint-Sulpice le lendemain de sa naissance. La marraine était Marie-Françoise Jonac, dont le père était Jean Jonac ? de sa profession apothicaire et épicier.  

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

p 320; 335 fleurs de porcelaine;445

Table des matières

DE LENSEIGNE À GERSAINT
7
Itinéraire dune famille
15
Linstallation sur le PetitPont
25
Et le déménagement sur le pont NotreDame
47
L ami de Watteau
90
À la Pagode
263
Linitiateur des grandes ventes aux enchères
347
Les catalogues raisonnés
385
Lexpert et le curieux
430
La mort de Gersaint la fin dun commerce
449
UN DESTIN PARADOXAL
477
BIBLIOGRAPHIE
483
DOCUMENTS DARCHIVES
507
CHRONOLOGIE RAISONNÉE ET ARBRE GÉNÉALOGIQUE
537
Droits d'auteur

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques