L'abbé Galiani et la question du commerce des blés à la fin du règne de Louis XV

Couverture
A. Rousseau, 1899 - 233 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 62 - Il s'apercevra à la deuxième ou à la troisième lecture de l'ouvrage, que le chevalier Zanobi ' ne croit ni ne pense un mot de tout ce qu'il dit ; qu'il est le plus grand sceptique et le plus grand académique du monde; qu'il ne croit rien, en rien, sur rien, de rien.
Page 218 - Cet art consiste à ne jamais commencer par le commencement, à présenter le sujet dans toute sa complication , ou par quelque fait qui n'est qu'une exception , ou par quelque circonstance isolée , étrangère, accessoire, qui ne tient pas à la question et ne doit entrer pour rien dans la solution.
Page 3 - Ainsi l'on se vit obligé de renoncer à cette politique astucieuse et fausse qui, oubliant que tous les hommes tiennent des droits égaux de leur nature même, voulait tantôt mesurer l'étendue de ceux qu'il fallait leur laisser sur la grandeur du territoire , sur la température du climat , sur le caractère national , sur la richesse du peuple, sur le degré de perfection du commerce et de l'industrie...
Page 213 - Des gens de beaucoup d'esprit, et d'une bonne volonté sans intérêt, avaient écrit avec autant de sagacité que de courage en faveur de la liberté illimitée du commerce des grains. Des gens qui avaient autant d'esprit et des vues aussi pures écrivirent dans l'idée de limiter cette liberté ; et M.
Page 109 - En tout genre de travail, il doit arriver et il arrive en effet que le salaire de l'ouvrier se borne à ce qui lui est nécessaire pour lui procurer sa subsistance.
Page 38 - Il propose son prix, on y tope; il demande à voir la malle, elle était à l'ordinaire. Le lendemain, de grand matin, il arrive avec ses chevaux et sa chaise; on lui livre la malle, il l'attache. Il ouvre la portière; il attend que son moine vienne se placer.
Page 218 - Je n'aime pas non plus à le voir toujours si prudent , si ennemi de l'enthousiasme , si fort d'accord avec tous les ne quid nimis, et avec tous ces gens qui jouissent du présent et qui sont fort aises qu'on laisse aller le monde comme il va , parce qu'il va fort bien pour eux , et qui, comme disait M. de Gournay, ayant leur lit bien fait, ne veulent pas qu'on le remue. Oh! tous ces gens-là ne doivent pas aimer l'enthousiasme, et ils doivent appeler enthousiasme tout ce qui attaque l'infaillibilité...
Page 49 - J'ai quinze mille livres de revenu que je perdrais en enrichissant des paysans. Que chacun en fasse comme moi et parle selon ses intérêts, on ne se disputera plus dans ce monde. Le galimatias et le tintamarre viennent de ce que tout le monde se mêle de plaider la cause des autres et jamais la sienne. L'abbé Morellet plaide contre les prêtres, Helvétius contre les financiers, Bandeau contre les fainéants, et tous pour le plus grand bien du prochain.
Page 111 - On oublia même les vignes, pour ne parler que de froment et de seigle. On écrivit des choses utiles sur l'agriculture; tout le monde les lut, excepté les laboureurs. On supposa, au sortir de l'Opéra-Comique, que la France avait prodigieusement de blé à vendre. Enfin, le cri de la nation obtint du gouvernement, en 1764, la liberté de l'exportation.

Informations bibliographiques