La rupture du compromis social italien: un essai de macroéconomie politique

Couverture
CNRS, 2001 - 266 pages
Tout en proposant une nouvelle interprétation de la crise italienne, cet ouvrage développe une réflexion sur les modalités d'intégration du politique dans la théorie macroéconomique et, plus particulièrement, dans la théorie de la régulation. L'approche choisie par Stefano Palombarini se veut ici résolument pluridisciplinaire. En combinant étude réalisée en termes de sous-systèmes et interrogation sur la spécificité du politique, l'auteur s'emploie à dépasser l'analyse classique, monodisciplinaire, jusqu'alors incapable de prévoir et d'expliquer la crise ouverte de 1992. Comment ignorer en effet l'interaction des sphères de la politique économique, de l'évolution macroéconomique et du soutien électoral pour appréhender une telle situation ? Comment en déchiffrer les mécanismes et les implications ? Le modèle théorique et les scénarios présentés dans ce texte viennent précisément souligner le rôle qu'ont pu jouer à la fois les politiques de court terme et l'exclusion des salariés de la base électorale du gouvernement dans la dynamique italienne. Ainsi, la crise est-elle analysée comme le résultat de l'épuisement endogène des marges de médiation politique entre les différents intérêts que la politique économique rendait initialement compatibles.

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Préface
5
Introduction
21
De limprobable révolte de la société civile
29
Droits d'auteur

20 autres sections non affichées

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques