Les maladies parasitaires

Couverture
Georges N. Cohen
Elsevier, 2000 - 221 pages
0 Avis
Maladies " orphelines " pour la plupart, les maladies parasitaires n'ont bénéficié ni du soutien prioritaire de la recherche publique, ni de l'intérêt de l'industrie. L'extension de la chimiorésistance dans le paludisme, et plus récemment dans la schistosomiase, a révélé les conséquences de la faiblesse des investissements. Pourtant, les connaissances fondamentales en biologie parasitaire, organisation génomique et bases moléculaires et cellulaires de la relation hôte-parasite ont évolué de manière spectaculaire. L'introduction des technologies modernes, l'application aux modèles parasitaires des concepts nouveaux de l'immunologie, et plus récemment les premiers déchiffrages des génomes de parasites ont largement contribué à faire des parasites des modèles de choix dans l'étude de la relation entre l'hôte et l'agent pathogène. La découverte d'un véritable langage moléculaire gouvernant cette relation a permis d'explorer le dialogue permanent et raffiné où s'expriment les stratégies de survie parasitaire et les mécanismes de défense de l'hôte : mimétisme moléculaire, appropriation des récepteurs et des signaux, leurres de la communication, langage intégré en constituent certains des mécanismes essentiels. Leur connaissance a permis d'aborder avec des concepts nouveaux des stratégies ciblées de développement thérapeutique ou vaccinal. Les recherches fondamentales sur les parasites inscrivent, dans un avenir prévisible, la mise au point de moyens de lutte contre les infections qui restent l'un des fléaux de Santé publique du monde moderne.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Informations bibliographiques