Histoire de l'Empire ottoman: depuis son origine jusqu'à nos jours, Volume 3

Couverture
Bellizard, Barthès, Dufour & Lowell, 1836 - 18 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 300 - History of the Ottoman Empire. " La plupart des légistes ont déclaré que ces de mes illustres fils ou petits-fils qui monteront au trône pourront faire exécuter leurs frères afin d'assurer le repos du monde — ils devront agir en conséquence.
Page 370 - Dieu! si les ennemis de la foi veulent se servir de moi pour réaliser des projets pernicieux contre les confesseurs de l'islamisme, ne me laisse pas vivre davantage, mais enlève au plus tôt mon âme vers toi. » Suivant le désir exprimé par cette infortunée victime d'une politique cruelle , sa dépouille fut inhumée à Brousse, dans le tombeau du sultan...
Page 90 - Il est impossible de chasser de son « pays un homme qui a pu y faire de si grandes choses, « et qui a su si bien employer ses sujets et sa puissance. « Cependant,
Page 3 - Soyez patriarche, et que le ciel vous protège ; usez de mon amitié en toute circonstance ; jouissez de tous les droits et de tous les privilèges dont ont joui vos prédécesseurs. » Le prince musulman voulut reconduire le prélat chrétien jusque dans la cour , et là il ordonna aux grands dignitaires qui l'entouraient d'accompagner Gennadius au synode. Au milieu d'un cortège de vizirs et de...
Page 425 - II avait le nez aqui» lin ; ses joues étaient pleines et rondes, nuancées de tein» tes rouges et blanches ; sa barbe était aussi épaisse que » des fils d'or; sa moustache ornait ses lèvres comme des » feuilles de barolie posées sur des boutons de rosé ; il avait » la bouche ordinairement fermée , les cuisses musculeuses, » les bras forts et charnus. Il était fendu pour monter à » cheval comme Nériman (le grand -père de Roustem).
Page 210 - Les palissades, ainsi qu'on l'a déjà observé, environnaient tout le sommet de la colline, tant du côté de la mer que du côté de la terre...
Page 84 - Un prêtre avait prêché qu'il ne faut point toucher au bien d'autrui ; à table, ayant mangé du pain que Wlad s'était coupé, il subit, pour ce fait, toutes les tortures de l'empalement. Le monstre ouvrit luimême le ventre à une de ses concubines qui s'était crue enceinte et qui ne l'était pas. Des enfants furent forcés de manger de la chair rôtie de leurs mères1. Ses grand» jours de fête étaient ceux où il assistait à des exécutions en masse.
Page 75 - ... ensuite sur Trébisonde. Sarah, qui aurait voulu l'engager à abandonner son projet, lui voyant faire la plus grande partie de la route à pied, lui dit : « Comment « peux-tu, mon fils, t'exposer à tant « de fatigues pour cette ville deTrébi
Page 286 - A ce dernier assaut , les Turcs laissèrent sur les brèches et dans les fossés trois mille cinq cents cadavres qui furent...
Page 245 - Ainsi, près d'un demi-siècle avant la conclusion du traité mal famé qui fut passé entre le roi très-chrétien et les ennemis de la chrétienté, Naples et Venise s'appuyaient déjà de l'intervention ottomane dans leurs démêlés ; et le sultan, de son côté, trop habile pour faire aux chrétiens une guerre aveugle et sans trêve, secourait, suivant les circonstances, les infidèles contre les infidèles , ou , comme s'expriment les historiens ottomans, les chiens contre les porcs et les...

Informations bibliographiques